Pourquoi ce blog et comment le lire ?

Cette page, qui n'a pas la prétention d'être exhaustive, est un hommage rendu aux hommes du 36e régiment d'infanterie que mon arrière-grand-père, Fernand Le Bailly, a côtoyés, parfois photographiés pendant la Première Guerre mondiale. Elle souhaite conserver et transmettre leur souvenir. Elle est conçue à partir de témoignages, d'écrits et d'archives personnels qui m'ont été envoyés, en partie par des descendants de soldats du 36e. Elle est aussi un prétexte pour aller à la rencontre d'"invités" – historiens, passionnés de la Grande Guerre, élus, écrivains... – qui nous font redécouvrir aujourd'hui ce titanesque conflit. Elle est enfin un argument pour découvrir tous les prolongements de ce gigantesque conflit dans le monde d'aujourd'hui.
Comment consulter cette page ? Vous pouvez lire progressivement les messages, qui ne respectent pas un ordre chronologique (ils évoquent, par exemple, l'année 1915 ou 1914). Vous pouvez aussi avoir envie de vous attarder sur une année ou un secteur géographique : pour cela, cliquez dans la colonne à gauche dans la rubrique "Pages d'histoire du 36e" sur la période et le lieu qui vous intéressent. Tous les messages seront alors rassemblés pour vous selon l'ordre de publication.
Comment rentrer en contact ? Pour de plus amples renseignements sur ce site, ou me faire parvenir une copie de vos documents, vos souvenirs ou remarques, écrivez-moi. Mon adresse : jerome.verroust@gmail.com. Je vous souhaite une agréable lecture.

Avertissement : Si pour une raison quelconque, un ayant-droit d'une des personnes référencées sur ce site désire le retrait de la (les) photo(s) et des informations qui l'accompagnent, qu'il me contacte.

18 févr. 2011

Pascale brutale

La tombe d'Adrien Laloé aujourd'hui,
à Ifs-sur-Laizon.
Avec le mois d'avril, les bombardements reprennent dans le secteur du bois de Beaumarais. La canonnade des Allemands, à coups de 150, de 77... est dirigée sur le mont Hermel, les bois de Beaumarais, et plus particulièrement sur Chaudardes, où les soldats du 36e régiment cantonnent, à 4 kilomètres de la première ligne. Du 13 au 17, le petit village est arrosée quotidiennement. Le 16 avril, c'est le drame : après une interruption de près de vingt jours, la danse macabre redémarre. Trois hommes sont tués, comme le rapporte ce compte-rendu rédigé par le commandant du 2e bataillon : "A 17h, un premier obus de gros calibre tombait dans la partie sud-ouest du village, sur une maison inoccupée. Une sentinelle de la 8e compagnie [il s'agit du Coutançais Pierre Robert], placée dans le rue en face, fut projeté contre le mur et tué. Un deuxième obus dans la partie centrale du village éclatait au-dessus de l'entrée d'une cave dans laquelle une section de la 5e compagnie était en train d'entrer. Deux hommes furent tués [le Parisien Fernand Bodeux et un soldat natif du Loir-et-Cher, Louis Franchet] et quatre blessés. Six autres obus tombèrent dans le même îlot de maisons, ne causant que des dégâts (très importants). Les deux derniers tombaient sur deux maisons de la sortie nord du village ne causant que des dégâts. Sur les 4 blessés, un seul est grièvement atteint à la tête. Les autres ne le sont que légèrement aux membres. Le médecin du bataillon fait un compte rendu sur la gravité des blessures. Tout le monde est dans les caves et j'ai prescrit que cette nuit les hommes y coucheraient." 
Le cimetière militaire de Romain pendant la guerre.
Quelques jours plus tard, la mort s'invite dans les bois de Beaumarais. C'est au tour du Verdunois Jules Mérienne (12e Cie) et du Caennais Lucien Lapersonne (8e Cie) de tomber sous les obus dans les bois de Beaumarais. Puis, le 23, la faucheuse, jamais bégueule, revient à Chaudardes, cueillir Adrien Laloé, soldat de la sixième compagnie. Pauvre Adrien... Né à Chef du Pont, dans la Manche, en 1886, il avait rencontré Désirée Catherine, qu'il avait suivie dans la grande plaine de Caen, au hameau de Condé-sur-Ifs. A la déclaration de la guerre, il s'était retrouvé naturellement dans le régiment du Calvados. Jusqu'à ce jour, où blessé avec un de ses camarades, il sera secouru par le médecin aide-major Emile Beix (le même qui a tenté de sauver Wiart, un autre Adrien, chef de bataillon, d'une blessure infligée par un tireur d'élite allemand). Mais cela ne suffira pas. Adrien sera enterré dans le cimetière militaire de Romains, et son acte de décès ne sera retranscrit que deux mois plus tard. A la fin de la guerre, sa dépouille reviendra dans le village de son épouse, où elle repose désormais au pied d'une épitaphe à demi effacée par le temps et les pluies..

Merci encore à Valérie Lecroq pour ses photos sur Adrien Laloe.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire