Pourquoi ce blog et comment le lire ?

Cette page, qui n'a pas la prétention d'être exhaustive, est un hommage rendu aux hommes du 36e régiment d'infanterie que mon arrière-grand-père, Fernand Le Bailly, a côtoyés, parfois photographiés pendant la Première Guerre mondiale. Elle souhaite conserver et transmettre leur souvenir. Elle est conçue à partir de témoignages, d'écrits et d'archives personnels qui m'ont été envoyés, en partie par des descendants de soldats du 36e. Elle est aussi un prétexte pour aller à la rencontre d'"invités" – historiens, passionnés de la Grande Guerre, élus, écrivains... – qui nous font redécouvrir aujourd'hui ce titanesque conflit. Elle est enfin un argument pour découvrir tous les prolongements de ce gigantesque conflit dans le monde d'aujourd'hui.
Comment consulter cette page ? Vous pouvez lire progressivement les messages, qui ne respectent pas un ordre chronologique (ils évoquent, par exemple, l'année 1915 ou 1914). Vous pouvez aussi avoir envie de vous attarder sur une année ou un secteur géographique : pour cela, cliquez dans la colonne à gauche dans la rubrique "Pages d'histoire du 36e" sur la période et le lieu qui vous intéressent. Tous les messages seront alors rassemblés pour vous selon l'ordre de publication.
Comment rentrer en contact ? Pour de plus amples renseignements sur ce site, ou me faire parvenir une copie de vos documents, vos souvenirs ou remarques, écrivez-moi. Mon adresse : jerome.verroust@gmail.com. Je vous souhaite une agréable lecture.

Avertissement : Si pour une raison quelconque, un ayant-droit d'une des personnes référencées sur ce site désire le retrait de la (les) photo(s) et des informations qui l'accompagnent, qu'il me contacte.

5 juin 2010

Bernard broie du noir

Le 16 septembre, les Allemands partis
des pentes de Brimont (en bleu foncé) conquièrent
les bois de Soulains (en bleu clair)
Que reste-t-il des combats du 16 septembre 1914 dans les bois de Soulains ? Quelques compte-rendus hâtivement griffonnés par Bernard, commandant du 36e régiment d'infanterie, conservés aujourd'hui dans les cartons de la 5e division. Des vieux papiers jaunis, réunis par une épingle rouillée, qui égrènent leur poids d'angoisse et d'inquiétude.
Dès 16 heures, ce jour-là, le lieutenant-colonel évoque en effet d'un combat d'une brutalité "inouïe". Les Allemands, une fois maître des bois de Soulains, continuent sur leur lancée et progressent en quelques minutes, en direction du talus de la ligne de chemin de fer Reims-Laon, à 150 mètres de là, où sont retranchés les Normands. Cette attaque est soutenue par deux batteries ennemies et des mitrailleuses, qui descendent des pentes du village de Brimont et s'arrêtent à un kilomètre du canal. Pour arrêter les soldats de Guillaume, Bernard jette quatre compagnies du 36e, un bataillon du 43e RI (le bataillon de Lille), appuyés par les batteries du 15 régiment d'artillerie de campagne de Douai. Avec succès : repoussée "avec une égale violence", la ruée allemande reflue bientôt vers les bois de Soulains. "Les pertes éprouvées par les Allemands paraissent lourdes, note Bernard. Ils n'ont du reste pas attendu la charge (des Français, NDR) et ont fui aux cris de "En avant !". Malheureusement leurs sections de mitrailleuses qui nous pressent de flanc nous empêchent de compléter notre succès et nous devons nous contenter de les poursuivre par le feu."
Selon le JMO du 36e RI, "la section de mitrailleuses (française, NDR) au premier étage de la maison du garde-barrière a tiré plus de 4 000 cartouches sur les Allemands qui s'infiltraient au sud des bois sur le champ d'aviation (situé au sud des bois de Soulains, NDR)." L'artillerie a également canonné la ferme de l'Allouette, qui servait de poste de secours aux médecins des 1er et 3e bataillon du 36e dans laquelle les Allemands avaient installé leurs mitrailleuses. Les médecins et les brancardiers qui n'ont pu être prévenus de la fuite du 84e RI ont été fais prisonniers, et l'on a vu des brancardiers français mêlés aux brancardiers allemands relever de nombreux soldats, blessés par les mitrailleuses françaises établies à la maison du garde-barrière. "Le régiment est fatigué par cinq jours et cinq nuits de combats, poursuit l'officier. Ce qu'il en reste manque d'officiers. Huit officiers sont blessés dans ces dernières journées (...) J'aurai besoin d'un renfort de troupes solides pour tenir demain toute la journée." Au soir, Bernard entend piocher dans le petit bois. Selon lui, l'ennemi enterre ses morts, car il ne voit aucune tranchée établie aux lisières des futaies au petit matin.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire