Pourquoi ce blog et comment le lire ?

Cette page, qui n'a pas la prétention d'être exhaustive, est un hommage rendu aux hommes du 36e régiment d'infanterie que mon arrière-grand-père, Fernand Le Bailly, a côtoyés, parfois photographiés pendant la Première Guerre mondiale. Elle souhaite conserver et transmettre leur souvenir. Elle est conçue à partir de témoignages, d'écrits et d'archives personnels qui m'ont été envoyés, en partie par des descendants de soldats du 36e. Elle est aussi un prétexte pour aller à la rencontre d'"invités" – historiens, passionnés de la Grande Guerre, élus, écrivains... – qui nous font redécouvrir aujourd'hui ce titanesque conflit. Elle est enfin un argument pour découvrir tous les prolongements de ce gigantesque conflit dans le monde d'aujourd'hui.
Comment consulter cette page ? Vous pouvez lire progressivement les messages, qui ne respectent pas un ordre chronologique (ils évoquent, par exemple, l'année 1915 ou 1914). Vous pouvez aussi avoir envie de vous attarder sur une année ou un secteur géographique : pour cela, cliquez dans la colonne à gauche dans la rubrique "Pages d'histoire du 36e" sur la période et le lieu qui vous intéressent. Tous les messages seront alors rassemblés pour vous selon l'ordre de publication.
Comment rentrer en contact ? Pour de plus amples renseignements sur ce site, ou me faire parvenir une copie de vos documents, vos souvenirs ou remarques, écrivez-moi. Mon adresse : jerome.verroust@gmail.com. Je vous souhaite une agréable lecture.

Avertissement : Si pour une raison quelconque, un ayant-droit d'une des personnes référencées sur ce site désire le retrait de la (les) photo(s) et des informations qui l'accompagnent, qu'il me contacte.

9 déc. 2012

La presse en revue, semaine 61


Suite de notre revue de presse sur l'actualité de la Grande Guerre pour le mois de décembre 2012 & séance de rattrapage pour les non-abonnés au compte twitter @36regiment.

En France ● Dans une vidéo mise en ligne sur le site de la Gazette des communes, le 27 novembre dernier, David Zivie, directeur général adjoint de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, précise les missions d’assistance du GIE auprès des collectivités locales dans la préparation des commémorations. A noter que sur le même sujet L'Union-L'Ardennais, dans son édition du 12 novembre dernier, relatait la mise en place du comité départemental du centenaire de la Première Guerre mondiale des Ardennes et les grandes modalités du dispositif d'aide aux projets. ● Yves Le Maner, directeur de la mission "Histoire, Mémoire, Commémorations" auprès de la Direction générale des Services de la Région Nord - Pas-de-Calais, a donné quelques précisions sur le classement des patronymes qui seront portés sur le futur Mémorial de Notre-Dame-de-Lorette, dont il porte le dossier pour la région. Ce monument prendra la forme d'un anneau sur lequel seront inscrits les noms des 600 000 soldats. Il sera inauguré au printemps 2014 (voir RP 42&43 pour plus d'informations). ● Editorial virulent de Pierre Baron, directeur de la rédaction de la revue Historia, sur l'organisation conjointe du centenaire de la Première Guerre mondiale et du 70e anniversaire du débarquement en Normandie. Sous le titre "Incultes", il dénonce un événement qui tourne le dos à la "culture historique" (un extrait est reproduit sur le blog de Rémy Porte). ● La circulaire et les modalités de participation de la nouvelle édition des "Petits artistes de la mémoire, la Grande Guerre vue par les enfants - édition 2013" sont parues sur le site du ministère de la Défense.

● Au Royaume-Uni, rapporte la BBC, les discussions se poursuivent au sein du gouvernement et à la chambre des Lords sur le choix des grandes dates commémoratives du centenaire (en anglais). ● Dans leur dernier livre paru récemment Trench Talk: Words of the First World War (éd. The History Press, 9,99 £)les historien Peter Doyle et Julian Walker reviennent sur les mots et expressions anglais qui sont nés dans les tranchées de la Première Guerre mondiale, tels que "binge drink" (que je me hasarderais à traduire par "défonce alcoolique"), 'Pushing up daisies' ("manger les pissenlits par la racine"?) ou 'lousy' (qui désignait une infestation par les poux). Le Daily Mail, dans son édition du 25 novembre, en recense quelques-uns (en anglais). ● Dans une page du site Pinterest, mise en ligne le mois dernier (photo), "100 First Air War Objects", le musée de la Royal Air Force de Londres, propose à ses visiteurs de choisir via une consultation sur Internet les pièces qu'ils souhaitent voir figurer dans une prochaine exposition pour marquer le centenaire (en anglais).

A voir, à lire et à écouter...  Sortie du livre La captivité de guerre au XXe siècle, Des archives, des histoires, des mémoires, par Anne-Marie Pathé, Fabien Théofilakis (éd. Armand Colin, 27,50 €). ● A voir  quelques pages à feuilleter du beau livre Tromper l'ennemi, l'invention du camouflage moderne pendant la Grande Guerre, de la conservatrice Cécile Coutin (éd. Pierre de Taillac, 35 €). ● A lire, un compte-rendu de lecture du livre 1914: la grande illusion (éd. Perrin, 23 €) de J.Y. Le Naour. Selon Hervé Chabaud, rédacteur en chef et éditorialiste à L'Union, le livre est "passionnant". ● A lire, un article de l'artiste engagé Dirk Tuypens consacré au musée In Flanders Fields, à Ypres, sur le site du Parti du Travail de Belgique dans lequel il interroge "le défi dans la conception d’un musée de la guerre 1914-1918".

Et vous, qu'avez-vous remarqué ces jours-ci ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire