Pourquoi ce blog et comment le lire ?

Cette page, qui n'a pas la prétention d'être exhaustive, est un hommage rendu aux hommes du 36e régiment d'infanterie que mon arrière-grand-père, Fernand Le Bailly, a côtoyés, parfois photographiés pendant la Première Guerre mondiale. Elle souhaite conserver et transmettre leur souvenir. Elle est conçue à partir de témoignages, d'écrits et d'archives personnels qui m'ont été envoyés, en partie par des descendants de soldats du 36e. Elle est aussi un prétexte pour aller à la rencontre d'"invités" – historiens, passionnés de la Grande Guerre, élus, écrivains... – qui nous font redécouvrir aujourd'hui ce titanesque conflit. Elle est enfin un argument pour découvrir tous les prolongements de ce gigantesque conflit dans le monde d'aujourd'hui.
Comment consulter cette page ? Vous pouvez lire progressivement les messages, qui ne respectent pas un ordre chronologique (ils évoquent, par exemple, l'année 1915 ou 1914). Vous pouvez aussi avoir envie de vous attarder sur une année ou un secteur géographique : pour cela, cliquez dans la colonne à gauche dans la rubrique "Pages d'histoire du 36e" sur la période et le lieu qui vous intéressent. Tous les messages seront alors rassemblés pour vous selon l'ordre de publication.
Comment rentrer en contact ? Pour de plus amples renseignements sur ce site, ou me faire parvenir une copie de vos documents, vos souvenirs ou remarques, écrivez-moi. Mon adresse : jerome.verroust@gmail.com. Je vous souhaite une agréable lecture.

Avertissement : Si pour une raison quelconque, un ayant-droit d'une des personnes référencées sur ce site désire le retrait de la (les) photo(s) et des informations qui l'accompagnent, qu'il me contacte.

30 sept. 2012

Pierre Masse : pour mémoire (II)

Septembre 1941, Pierre Masse, à droite de la photo, et quelques-uns des 40 avocats
transférés à Drancy (crédit : coll.  Bundesarchiv, Bild 183-S69244/CC-BY-SA)
C'est sous un ciel lumineux que fut lu, ce dimanche matin, au mémorial de la Shoah, à Paris, dans le cadre d'une cérémonie organisée pour honorer la mémoire des déportés juifs de France, le nom de Pierre Masse, parti de Drancy pour Auschwitz par le convoi n°39 du 30 septembre 1942.
Il y a soixante-dix ans jour pour jour, ce député, secrétaire d’État à la Guerre, maître incontesté du barreau parisien et ancien capitaine du 36e régiment d'infanterie, était en effet envoyé à la mort sur instruction d'un sergent SS de 22 ans, l'Unterscharführer Ernst Heinrichsohn, adjoint du conseiller SS du service des Affaires juives, Heinz Röthke. De cette journée, il ne reste qu'une lettre de Pierre Masse, aujourd'hui conservée au musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon. Une mot adressé à son épouse ─ conclu d'un "Je pars en déportation" guidé par une main où se lit encore aujourd'hui l'émotion ─ que Pierre Masse, alors employé aux écritures dans les bureaux de l'administration du camp de Drancy, eut à peine le temps d'achever avant de partir pour la mort.
Se doutait-il de son sort  ? En cet automne 1942, il se sait voué aux gémonies par les collaborationnistes. Arrêté le 22 août 1941 à son domicile, par trois policiers en civil, il a été incarcéré à Drancy, puis au camp de Compiègne, pour retourner à Drancy après un passage, de mai à septembre, à la prison de la Santé. Pétain a mollement intercédé en sa faveur, mais les Allemands se sont opposés à toute libération.  A la Santé, il a commencé de noter ses souvenirs de jeunesse. En juin, son frère, Roger, détenu à Compiègne, est parti dans un convoi, composé principalement de juifs polonais, vers les "camps de travail" de l'Est. C'est aussi la période où Maurice Ribet, bâtonnier de l'ordre des avocats, voit lors d'une visite dans sa cellule un sac tyrolien, bien sanglé. "C'est mon paquetage, lui répond Pierre Masse qui, peut-être se souvient de son barda qu'il transportait dans les bois de Beaumarais en 1915. Je crois que mon séjour ici ne sera plus bien long. Tout est prêt. Quand on viendra me chercher, je n'ai qu'à mettre ça sur le dos et en route." 
Pierre Masse, dans les bois de Beaumarais en 1915,
photographié par Fernand Le Bailly.
Mais le sac reviendra avec lui à Drancy, le 16 septembre. A son retour,  le vaste bâtiment en U dit "cité de la Muette" a changé de visage. De centre de représailles,  le grand ensemble est devenu lieu de transit pour les raflés et internés des camps progressivement vidés, en zone libre comme en zone occupée. Outre les hommes, des femmes et des enfants arrivent désormais. Ils sont consignés dans les logements en grande partie inachevés des immeubles, puis repartent rapidement vers une "destination inconnue". Lors de ces journées, Pierre Masse voit la noria des autobus de la Société des transports en commun de la région parisienne (STCRP) se poursuivre sans fin. Le 18 septembre, un millier de personnes quittent le camp. Des familles déchirées, quelquefois recomposées juste avant le départ. Le 23, un nouveau millier. Le 25, 1004 sont déportés, le 28, 904... Dans le camp de Drancy, sous la barre des immeubles, les journées sont pour tous "intenables, à en perdre la raison", le sentiment de vivre "comme un automate, un avenir qui n'est qu'un immense tunnel tout noir". Dans cette atmosphère, selon quelques rares témoignages, Masse, affecté à l'escalier 8,chambre 14, matricule 5814, essaie d'aider ceux qu'il considère comme ses frères de misère. Jusqu'au jour où son nom finit par être appelé.
Emporte-t-il, ce jour, comme le prévoit le règlement deux petits colis à main ? Ce 30 septembre, il monte à son tour dans les autobus de la STCRP qui mènent les déportés à la gare du Bourget. De tous les convois de déportation partis de France vers les camps nazis, le n° 39 est le moins densément peuplé : ils sont 210 à franchir les portes des wagon plombés portant l'inscription "hommes : 40, chevaux en long : 8". Il s’agit surtout de personnes âgées, de plus de 55 ans, des Belges, des Hollandais et des Luxembourgeois... Le voyage dure deux jours et l'arrivée à Auschwitz se fait alors que sévit la première grande épidémie de typhus. L'ouvrage Mémorial de la Déportation des Juifs de France, publié par Serge Klarsfeld en 1978, précise : "A l’arrivée de ce convoi à Auschwitz, 34 hommes ont été sélectionnés et ont reçu les matricules 66 983 à 67 016. Il en a été de même pour 22 femmes, qui reçurent les matricules 21 373 à 21 394." Aucun ne survivra.
Quant à Pierre Masse, à 62 ans, il ne fut bien évidemment pas choisi. Conduit à l'écart du camp de Birkenau avec ses compagnons, il fut vraisemblablement gazé dans le bunker 1, aussi appelé "ferme rouge", au bord d'une forêt de bouleaux, ou dans le bunker 2 ("ferme blanche"), après qu'il lui fut demandé de se déshabiller dans une baraque à proximité. Puis son corps fut sans doute enterré dans une fosse commune qui avait été creusée dans la journée à quelques centaines de mètres, dans la zone la plus boisée.
Selon le site des avocats de Paris, Pierre Masse se définissait en "soldat de la France et du Droit". Mais il était à notre sens plus que cela. Peut-être un de ces 36 justes qui, selon une tradition issue du Talmud, assurent secrètement et sans le savoir, à chaque génération, la survie et la continuité du monde. Ce qu'il avait fait tout au long de sa vie sous la robe d'avocat.

Le nom de Pierre Masse et de son frère Roger,
sur le "mur des noms", au mémorial de la Shoah, à Paris.
Sources : Thomas Fontaine, "Chronologie : Répression et persécution en France occupée 1940-1944", Encyclopédie en ligne des violences de masse ; Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon ; Annette Wieviorka et Michel Laffitte, "A l'intérieur du camp de Drancy", éd. Perrin ; "Pierre Masse", éd. Calmann Lévy, 1948.
(Lire aussi, sur ce blog, une des dernières lettres de Pierre Masse. A suivre...)

Note : Soixante-dix ans après le début de la déportation des Juifs de France vers les camps d'extermination nazis, le Mémorial de la Shoah a inauguré, le 23 septembre dernier, à Drancy un nouveau lieu d’histoire et d’éducation situé face à la Cité de la Muette.Conçu par l’architecte suisse Roger Diener, le Mémorial à Drancy permet au public scolaire comme au grand public de mieux connaître l’histoire de la Cité de la Muette et notamment le rôle central du camp de Drancy dans l’exclusion des Juifs de France pendant la Seconde Guerre mondiale et dans la mise en oeuvre de la "Solution finale" par les nazis depuis la France, avec la complicité du gouvernement de Vichy.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire