Pourquoi ce blog et comment le lire ?

Cette page, qui n'a pas la prétention d'être exhaustive, est un hommage rendu aux hommes du 36e régiment d'infanterie que mon arrière-grand-père, Fernand Le Bailly, a côtoyés, parfois photographiés pendant la Première Guerre mondiale. Elle souhaite conserver et transmettre leur souvenir. Elle est conçue à partir de témoignages, d'écrits et d'archives personnels qui m'ont été envoyés, en partie par des descendants de soldats du 36e. Elle est aussi un prétexte pour aller à la rencontre d'"invités" – historiens, passionnés de la Grande Guerre, élus, écrivains... – qui nous font redécouvrir aujourd'hui ce titanesque conflit. Elle est enfin un argument pour découvrir tous les prolongements de ce gigantesque conflit dans le monde d'aujourd'hui.
Comment consulter cette page ? Vous pouvez lire progressivement les messages, qui ne respectent pas un ordre chronologique (ils évoquent, par exemple, l'année 1915 ou 1914). Vous pouvez aussi avoir envie de vous attarder sur une année ou un secteur géographique : pour cela, cliquez dans la colonne à gauche dans la rubrique "Pages d'histoire du 36e" sur la période et le lieu qui vous intéressent. Tous les messages seront alors rassemblés pour vous selon l'ordre de publication.
Comment rentrer en contact ? Pour de plus amples renseignements sur ce site, ou me faire parvenir une copie de vos documents, vos souvenirs ou remarques, écrivez-moi. Mon adresse : jerome.verroust@gmail.com. Je vous souhaite une agréable lecture.

Avertissement : Si pour une raison quelconque, un ayant-droit d'une des personnes référencées sur ce site désire le retrait de la (les) photo(s) et des informations qui l'accompagnent, qu'il me contacte.

22 sept. 2012

La presse en revue, semaine 51

Isaac Rosenberg, autoportrait, 1915.
Suite de notre revue de presse sur l'actualité de la Grande Guerre pour le mois de septembre 2012 & séance de rattrapage pour les non-abonnés au compte twitter @36regiment.

En France ● Jusqu'en avril 2013, l'Historial de Péronne, dans la Somme, fête ses vingt ans, avec un programme chargé. Le quadri-hebdomadaire L'Aisne Nouvelle raconte ainsi la création de ce musée dont le choix des thématiques n'a été dicté par "aucun tabou". Et donne quelques informations sur deux expositions qui ont d'ores et déjà ouvert leurs portes : "La Grande Guerre à Péronne. 20 ans, 20 commerçants" et "Vingt ans d'acquisition". Enfin, sur le site du mensuel L'Histoire, l’historien Stéphane Audoin-Rouzeau, président du centre international de recherches de l’Historial, dresse le bilan de cette double décennie. ● A Metz, l'exposition "1917" se termine ces jours-ci, après avoir rassemblé plus de 200 000 visiteurs, comme le rapporte le Républicain Lorrain (dont la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti). A noter qu'un colloque consacré à la création en temps de guerre, qui préfigurait le cycle de manifestations du centenaire de la Première Guerre mondiale, s'est tenu hier au centre Pompidou-Metz. Il réunissait historiens et artistes. ● Le site de L'Union-L'Ardennais décrit dans son édition du 10 septembre les modalités du concours scolaire "Petits artistes de la mémoire", qui a pour but de "préserver et transmettre aux plus jeunes la mémoire des combattants de la Première Guerre mondiale". ● Le site du quotidien raconte ensuite comment une Américaine s'est penchée sur la vie des Soissonnais après la guerre de 14-18 à travers le témoignage d'une infirmière volontaire arrivée en France en 1920. Son travail fait l'objet d'un livre Au secours des enfants du Soissonnais, publié ce mois-ci.  ● Enfin, le quotidien régional explique pourquoi la visite des villages détruits pendant la Première Guerre mondiale du camp de Suippes, initialement programmée pour les 13 et 14 octobre, a été annulée en raison de garanties de sécurité insuffisantes. ● Fin août, le site web d'actualités "participatif" Agoravox rappelait cet "étonnant droit de visite" aux tombes de militaires des ascendants et descendants d’un militaire "mort pour la France" durant la Grande Guerre et la Deuxième Guerre mondiale. Un dispositif dont l'ampleur demeure encore "marginal", selon la Revue française de généalogie.

En Italie, les régions se mobilisent pour le centenaire de la Grande Guerre, et plus particulièrement autour du Trentin, selon l'Adigetto. D'ores et déjà, plusieurs dates semblent se dessiner dans l'agenda des célébrations, pour le site ilFriuli (en italien). En Angleterre, une statue du grand poète Isaac Rosenberg (photo), tué le 1er avril 1918, près d'Arras, sera érigée dans le centre de Londres. The Independent brosse l'histoire de cet homme, dont la mémoire n'était jusqu'à présent évoquée que par une plaque dans le Pas-de-Calais. ● A l'occasion de l'adaptation TV du roman Parade's End, Max Saunder's, biographe de Ford Madox Ford, revient dans The NewStatesman sur cet écrivain dont beaucoup de pans demeurent encore mystérieux.  ●  En Belgique les gouvernements de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Wallonie ont mis en place "un plan opérationnel" des commémorations du centenaire de la guerre 1914-1918. Ses modalités peuvent être consultées sur le site site officiel des commémorations : www.commemorer14-18.be ● En Australie, les récents travaux d'e l'historien Michael Durey, de l'université Murdoch, sur plus de 1500 officiers britanniques (à paraître dans un futur ouvrage) bousculent les idées reçues, selon le site The West. ● Au Canada le site Métro Montréal annonce une exposition sur les camps de prisonniers pendant la Première Guerre mondiale, qui se tiendra sur le site historique de Banff (Alberta) "à l'été prochain" et apportera un éclairage sur "la vie des prisonniers entre 1914 et 1920". La communauté ukrainienne du Canada a été particulièrement touchée par ce drame, comme le rapporte CTV News qui raconte l'histoire d'un prisonnier, Yuri Forchuck.

Dans l'agenda...  ● Pour sa troisième année consécutive, le séminaire "La Grande Guerre aujourd’hui. Territoires, Patrimoines, Tourisme" réunit chercheurs, doctorants et praticiens pour réfléchir aux modalités contemporaines de la patrimonialisation des traces de la Grande Guerre. Le programme est à découvrir sur le calendrier en lettres et sciences humaines et sociales en ligne Calenda. 
A voir, à lire et à écouter... ● A lire un long billet sur le blog du Parcours du combattant qui détaille la mobilisation des régiments d'infanterie d'active et de réserve en août 1914. ● A lire Le Midi, les Midis dans la IIIe République (1870-1940), Christian Amalvi , Alexandre Lafon , Céline Piot (dir.), Nérac, Edtions d’Albret, 2012, 16 € en souscription.

Et vous, qu'avez-vous remarqué ces jours-ci ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire