Pourquoi ce blog et comment le lire ?

Cette page, qui n'a pas la prétention d'être exhaustive, est un hommage rendu aux hommes du 36e régiment d'infanterie que mon arrière-grand-père, Fernand Le Bailly, a côtoyés, parfois photographiés pendant la Première Guerre mondiale. Elle souhaite conserver et transmettre leur souvenir. Elle est conçue à partir de témoignages, d'écrits et d'archives personnels qui m'ont été envoyés, en partie par des descendants de soldats du 36e. Elle est aussi un prétexte pour aller à la rencontre d'"invités" – historiens, passionnés de la Grande Guerre, élus, écrivains... – qui nous font redécouvrir aujourd'hui ce titanesque conflit. Elle est enfin un argument pour découvrir tous les prolongements de ce gigantesque conflit dans le monde d'aujourd'hui.
Comment consulter cette page ? Vous pouvez lire progressivement les messages, qui ne respectent pas un ordre chronologique (ils évoquent, par exemple, l'année 1915 ou 1914). Vous pouvez aussi avoir envie de vous attarder sur une année ou un secteur géographique : pour cela, cliquez dans la colonne à gauche dans la rubrique "Pages d'histoire du 36e" sur la période et le lieu qui vous intéressent. Tous les messages seront alors rassemblés pour vous selon l'ordre de publication.
Comment rentrer en contact ? Pour de plus amples renseignements sur ce site, ou me faire parvenir une copie de vos documents, vos souvenirs ou remarques, écrivez-moi. Mon adresse : jerome.verroust@gmail.com. Je vous souhaite une agréable lecture.

Avertissement : Si pour une raison quelconque, un ayant-droit d'une des personnes référencées sur ce site désire le retrait de la (les) photo(s) et des informations qui l'accompagnent, qu'il me contacte.

7 sept. 2012

La presse en revue, semaine 47 à 50 (août 2012)

Suite de notre revue de presse sur l'actualité de la Grande Guerre pour le mois d'août 2012 & séance de rattrapage pour les non-abonnés au compte twitter @36regiment.

En France, Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, a tranché : le projet de Maison de l'Histoire de France, dont l'installation était prévue en 2015 sur le site des Archives nationales à Paris, ne verra pas le jour, selon Le Monde. ● "Cinq grands axes" se dessinent aux Archives de France pour la commémoration du premier conflit mondial, rapporte le blog Sources de la Grande Guerre. ● La cérémonie commémorative de l'engagement de la "Force noire" en 1914-1918, à la nécropole nationale du Natus (Gironde) le 23 août dernier, a permis de rappeler le rôle de ces unités pendant la Grande Guerre et leur présence dans la région, rapporte Sud-Ouest. ● Dans une note publiée sur son site le 20 août dernier, la Ligue des droits de l'Homme a demandé qu’une "commission" pour la réhabilitation des fusillés pour l'exemple de la Première Guerre mondiale "soit installée par une loi (...), afin donner aux familles le maximum de renseignements sur les circonstances de la disparition de soldats qui étaient leurs aïeux et permette que les condamnations arbitraires soient effectivement cassées sans renvoi". ● A Comines (Nord), le chantier du centre d'interprétation Plugstreet 14-18, dédié à la Première Guerre mondiale et plus particulièrement au saillant d'Ypres, a démarré selon La Voix du Nord. ●  Un passionné d'histoire locale, Bernard Berthion, a entrepris d'établir la liste des tués ou disparus d'août 1914 dans les combats des Ardennes, rapporte L'Union.

En Belgique La 86e édition du Pèlerinage de l’Yser a mis à l’honneur, le 26 août, à Dixmude, un soldat wallon Amé Fiévez, tombé au front en 1917, selon le site de la RTBF. Les organisateurs avaient invité pour la première fois une délégation wallonne, histoire de se démarquer de la Veillée de l’Yser, à Ypres, où les nationalistes flamands les plus radicaux se réunissent désormais. ● Selon le site Freesun, la Flandre a démarré la promotion du centenaire de la Première Guerre au World Travel Market, le plus grand salon européen sur le tourisme. Avec pour objectif d'attirer jusqu'à deux millions de visiteurs le temps du centenaire (en anglais). ● En Angleterre Le Premier Ministre anglais, David Cameron, prévoit pour les cérémonies du centenaire, selon le Daily Mail, trois jours de commémoration nationale : le 4 août 2014 (date anniversaire de la déclaration de guerre du Royaume-Uni à l'Allemagne), le 1er juillet 2016 (bataille de la Somme) et le 11 novembre 2018 (armistice). Ces trois journées seront placées sous le signe du "souvenir, de la jeunesse et de l'éducation"(en anglais). ● John Keegan, que certains considèrent comme l'"un des plus éminents historiens militaires du XXe siècle", est mort le 2 août dernier. Il restera célèbre pour son ouvrage Anatomie de la bataille, où il restitue, à travers l'analyse de trois batailles historiques (dont celle de la Somme), le combat tel qu’il fut vécu par les hommes de troupe. A lire, sa nécrologie sur le site du New York Times (en anglais). ● L'aérodrome historique de la Première Guerre de Stow Maries, situé dans le comté d'Essex, est en vente pour deux millions de livres, selon le site thisistotalessex (en anglais). ●  Dans le village d'Oswestry (comté de Shropshire), la mobilisation est lancée pour protéger la maison du célèbre poète Wilfred Owen d'un programme immobilier, rapporte le site de la BBC (en anglais). ● Début août, Carwyn Jones, Premier Ministre du Pays de Galles, s'est prononcé pour une large numérisation des registres des soldats de la région à l'occasion des commémarations du centenaire de la Première Guerre, selon NewsWales (en anglais). ● Depuis le 24 août, la chaîne BBC diffuse l'adaptation du roman de Ford Madox Ford Parade's End. Une transposition qui illustre la tension sociale en Angleterre de cette époque, selon le site du Socialistworker (en anglais). ● Aux Etats-Unis une base de données de toutes les bombes larguées par l'armée US depuis la Première guerre mondiale vient d'être créée par un officier de l'Air Force, selon le Boston Globe (en anglais). ● Brian Alexander, président du Mémorial de Kansas City, le musée national de la Première Guerre mondiale, a démissionné fin août, selon le Kansas City Star. Il était directeur de l'établissement depuis 2007 (en anglais). ● Au Canada, où des dizaines de milliers d'immigrés européens furent arrêtés et incarcérés dans une vingtaine de camps de prisonniers dès 1914, la ville de Montréal refuse de commémorer cette page de son histoire, raconte le site LaPresse. ● En France, le 8 août 1918 démarrait la bataille d'Amiens dans laquelle furent engagés, aux côtés des Anglais, des Canadiens. Le petits-fils d'un combattant témoigne sur le site lfpress.com. ● En Australie, un mémorial à la mémoire des soldats du premier conflit mondial, d'un coût de près de 80 millions de dollars, va être construit au coeur de la capitale  néo-zélandaise. Mais le parti Vert s'inquiète du montant des travaux, selon Nzherald. ● La collection Thuillier, riche de milliers de photos de "diggers" australiens qui se faisaient photographier dans le village de Vignacourt (Somme), continue de se dévoiler, et apporte son lot de surprises, raconte Thewest.  ●  "Thank you and goodbye" : Steve Gower, directeur du mémorial australien de la guerre s'en va après seize années de service. En Slovénie, le 29 juillet dernier, un rassemblement de Russes et Slovènes a été l'occasion de célébrer la mémoire des prisonniers de guerre russes morts dans le pays lors de la Première Guerre mondiale, rapporte The Voice of Russia (en anglais). ● 

Dans l'agenda...  ● L'exposition "La caricature de guerre, 1914-1918, La haine de l’autre" (jusqu'au 16 décembre, au centre Mondial de la paix, à Verdun) offre un regard croisé français-allemand-anglais, issu de la collection Diors (lire ici un article du Républicain Lorrain, photo)
A voir, à lire et à écouter... ● A écouter Jean Lebrun, dans son émission "La Marche de l'Histoire" sur France Inter, sur le thème "1917, les artistes et la guerre", avec l’historienne Annette Becker. ● A lire,  un article du NewObserver qui montre les limites auxquelles se heurtent les scientifiques dans leurs recherches sur les traumas des combattants de la Première Guerre (en anglais). ● A lire, un article de Libération qui explique comment les "monuments commémoratifs avec ou sans fonction muséale" ne cherchent plus la "grandiloquence", mais "désormais à susciter des émotions et à marquer le visiteur". ● A lire, une critique éloquente par The Australian du dernier livre de l'historien australien David Cameron sur la bataille de Lone Pine The Battle for Lone Pine: Four Days of Hell at the Heart of Gallipoli (éd. Penguin, 29,95 $, en anglais). ● A lire dans le JDD, un reportage qui raconte comment la mémoire de Jean Jaurès est évoquée au café du Croissant, où il fut assassiné le 31 juillet 1914. ● A lire, le retour du quotidien L'Union (épisode 1 et 2), avec l'auteur Gilles Déroche, sur l'"exploit" du sergent York, en Argonne, qui, un jour d'octobre 1918, captura 132 Allemands à lui tout seul. ● Quelques parutions à signaler. La petite Belgique dans la Grande Guerre : une icône, des images (Presses universitaires de Namur, 35 €), Charleroi, de Damien Baldin et Emmanuel Saint-Fuscien (éd. Tallandier, 18,50 €), Mémoires - Tome 2, La Bataille des Flandres, Les armées du Nord Octobre 1914-novembre 1916, de Ferdinand Foch (éd. Paléo, 35 €), De l'Artois aux Flandres - Souvenirs d'un officier au 158e R.I, de Pierre Riondet (éd. Giovanangeli, 15 €) et la BD Le Long Hiver, tome 2, 1918, de Patrick Mallet (éd. Casterman, 14 €) . Deux rééditions : À travers les lignes ennemies, trois années d’offensive contre le moral allemand par Hansi et Ernest Tonnelat (éd. Horyzon, 19 €, lire article L'Alsace), La France, la nation, la guerre - 1850-1920, de Stéphane Audoin-Rouzeau, Jean-Jacques Becker, (éd. Sedes, 20 €).

Et vous, qu'avez-vous remarqué ces jours-ci ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire