Pourquoi ce blog et comment le lire ?

Cette page, qui n'a pas la prétention d'être exhaustive, est un hommage rendu aux hommes du 36e régiment d'infanterie que mon arrière-grand-père, Fernand Le Bailly, a côtoyés, parfois photographiés pendant la Première Guerre mondiale. Elle souhaite conserver et transmettre leur souvenir. Elle est conçue à partir de témoignages, d'écrits et d'archives personnels qui m'ont été envoyés, en partie par des descendants de soldats du 36e. Elle est aussi un prétexte pour aller à la rencontre d'"invités" – historiens, passionnés de la Grande Guerre, élus, écrivains... – qui nous font redécouvrir aujourd'hui ce titanesque conflit. Elle est enfin un argument pour découvrir tous les prolongements de ce gigantesque conflit dans le monde d'aujourd'hui.
Comment consulter cette page ? Vous pouvez lire progressivement les messages, qui ne respectent pas un ordre chronologique (ils évoquent, par exemple, l'année 1915 ou 1914). Vous pouvez aussi avoir envie de vous attarder sur une année ou un secteur géographique : pour cela, cliquez dans la colonne à gauche dans la rubrique "Pages d'histoire du 36e" sur la période et le lieu qui vous intéressent. Tous les messages seront alors rassemblés pour vous selon l'ordre de publication.
Comment rentrer en contact ? Pour de plus amples renseignements sur ce site, ou me faire parvenir une copie de vos documents, vos souvenirs ou remarques, écrivez-moi. Mon adresse : jerome.verroust@gmail.com. Je vous souhaite une agréable lecture.

Avertissement : Si pour une raison quelconque, un ayant-droit d'une des personnes référencées sur ce site désire le retrait de la (les) photo(s) et des informations qui l'accompagnent, qu'il me contacte.

8 févr. 2008

Dans les sapes de Neuville

Détail du Triomphe de la mort (1562), de Pieter Bruegel l'Ancien, musée du Prado.

Le 15 juillet 1915, Etienne Tanty, jeune soldat au 129e régiment d'infanterie, écrit du village de Neuville-Saint-Vaast à sa famille :
"Qu'est-ce que Neuville aujourd'hui ? Un tas de pierres, de boue, de linge déchiré et pourri, de ferraille et de débris humains ? Il y en a d'autres qui vivent pendant ce temps, qui jouissent de la lumière et des plantes. Mais trouvez-moi donc dans l'univers un être qui mène une existence comparable ! Qu'est-ce que ça me fout votre patrie et tout le fourbi, qu'en ai-je, moi ? Cocu, battu et content ? Non ! Et trop heureux encore de se fourrer dans un coin de cave, sur quelques fétus de paille pourrie, pleine de poux, de mouches et de moustiques et de la sale boue des souliers, exposés à entendre déclencher la fusillade et à y partir dans la pluie, les décombres, les mitrailleuses et les torpilles qui s'effondrent sur les sapes repérées. Obligées de faire, à l'occasion, un tas d'âneries qui peuvent passer par la cervelle de quelque officier à l'abri dans son gourbi et qui s'en fout alors des marmites et de la pluie..."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire