Pourquoi ce blog et comment le lire ?

Cette page, qui n'a pas la prétention d'être exhaustive, est un hommage rendu aux hommes du 36e régiment d'infanterie que mon arrière-grand-père, Fernand Le Bailly, a côtoyés, parfois photographiés pendant la Première Guerre mondiale. Elle souhaite conserver et transmettre leur souvenir. Elle est conçue à partir de témoignages, d'écrits et d'archives personnels qui m'ont été envoyés, en partie par des descendants de soldats du 36e. Elle est aussi un prétexte pour aller à la rencontre d'"invités" – historiens, passionnés de la Grande Guerre, élus, écrivains... – qui nous font redécouvrir aujourd'hui ce titanesque conflit. Elle est enfin un argument pour découvrir tous les prolongements de ce gigantesque conflit dans le monde d'aujourd'hui.
Comment consulter cette page ? Vous pouvez lire progressivement les messages, qui ne respectent pas un ordre chronologique (ils évoquent, par exemple, l'année 1915 ou 1914). Vous pouvez aussi avoir envie de vous attarder sur une année ou un secteur géographique : pour cela, cliquez dans la colonne à gauche dans la rubrique "Pages d'histoire du 36e" sur la période et le lieu qui vous intéressent. Tous les messages seront alors rassemblés pour vous selon l'ordre de publication.
Comment rentrer en contact ? Pour de plus amples renseignements sur ce site, ou me faire parvenir une copie de vos documents, vos souvenirs ou remarques, écrivez-moi. Mon adresse : jerome.verroust@gmail.com. Je vous souhaite une agréable lecture.

Avertissement : Si pour une raison quelconque, un ayant-droit d'une des personnes référencées sur ce site désire le retrait de la (les) photo(s) et des informations qui l'accompagnent, qu'il me contacte.

1 avr. 2008

"Un pauvre mutilé"

Onze morts et huit blessés... Le bombardement du 26 octobre 1914 au 129e régiment d'infanterie (RI), "frère" du 36e RI, frappe les imaginations dans la plaine de Courcy. Des huit blessés que restera-t-il alors qu'au même moment, sur les champs de bataille, deux écoles de chirurgie - l'abstention de tout soin, notamment dans les blessures au crâne et à l'abdomen ou, au contraire, les partisans de l'intervention - s'affrontent sur le raisonnement médical ? Un petit texte, extrait de Vie des martyrs, de Georges Duhamel (Presses de la Cité) indirectement lié à notre sujet pour y penser.

"Nogue est courageux, mais normand ; cela donne au courage une forme particulière qui n'exclut ni la réserve, ni la prudence, ni la modération dans les termes.
Le jour de sa blessure, il a supporté une opération préliminaire avec un calme réel. En soulevant son bras brisé, je lui disais :
- Souffrez-vous beaucoup ?
Et il desserrait à peine les mâchoires pour répondre :
- Ben ! Peut-être...
Les jours suivants, la fièvre est venue et un certain malaise avec. Nogue ne mangeait pas et quand on lui demandait s'il sentait un peu d'appétit, il hochait la tête :
- J'cré ben qu'non.
Bref, ce bras était cassé très haut, la blessure avait vilain aspect, la fièvre était vive, et l'on a jugé qu'il fallait prendre une décision.
- Mon pauvre Nogue, lui ai-je dit, nous ne pourrons absolument rien faire de ce bras-là. Laissez-vous amputer, soyez raisonnable.
Si l'on avait attendu la réponse, Nogue serait mort. Sa figure a exprimé une vive contrariété ; mais il n'a dit ni oui ni non.
- Ne craignez rien, Nogue. Je vous garantis le succès de l'opération.
Alors, il a demandé à faire son testament. Le testament fait, Nogue a été porté sur la table et opéré, sans avoir formulé ni assentiment ni refus.
Dès le premier pansement, Nogue a regardé son épaule saignante et a dit :
- Vous n'auriez pas pu, des fois, conserver quand même un petit bout de bras ?
Heureusement tout s'est parfaitement arrangé. Au bout de quelques jours, le blessé a pu s'asseoir dans un fauteuil. Tout son être trahissait une véritable résurrection ; sa langue restait circonspecte.
- Eh bien ! Vous voyez, cela va très bien !
- Heu... Ca pourrait aller mieux...
Jamais il ne s'est résigné à souscrire, nettement, même après coup, à une décision qui lui avait conservé la vie. Quand on lui disait : "Vous voilà tiré d'affaires", il se réservait :
- Faudrait vère, faudrait vère...
Il a guéri et nous l'avons envoyé dans l'intérieur.
Depuis, il nous a écrit, "pour affaires", des lettres prudentes qu'il signait : "Un pauvre mutilé...""

Photo : Prothèse de main en bois, fabriquée pour le sergent Hardouin, mutilé de la main gauche le 16 mai 1916. (Photo DR)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire