Pourquoi ce blog et comment le lire ?

Cette page, qui n'a pas la prétention d'être exhaustive, est un hommage rendu aux hommes du 36e régiment d'infanterie que mon arrière-grand-père, Fernand Le Bailly, a côtoyés, parfois photographiés pendant la Première Guerre mondiale. Elle souhaite conserver et transmettre leur souvenir. Elle est conçue à partir de témoignages, d'écrits et d'archives personnels qui m'ont été envoyés, en partie par des descendants de soldats du 36e. Elle est aussi un prétexte pour aller à la rencontre d'"invités" – historiens, passionnés de la Grande Guerre, élus, écrivains... – qui nous font redécouvrir aujourd'hui ce titanesque conflit. Elle est enfin un argument pour découvrir tous les prolongements de ce gigantesque conflit dans le monde d'aujourd'hui.
Comment consulter cette page ? Vous pouvez lire progressivement les messages, qui ne respectent pas un ordre chronologique (ils évoquent, par exemple, l'année 1915 ou 1914). Vous pouvez aussi avoir envie de vous attarder sur une année ou un secteur géographique : pour cela, cliquez dans la colonne à gauche dans la rubrique "Pages d'histoire du 36e" sur la période et le lieu qui vous intéressent. Tous les messages seront alors rassemblés pour vous selon l'ordre de publication.
Comment rentrer en contact ? Pour de plus amples renseignements sur ce site, ou me faire parvenir une copie de vos documents, vos souvenirs ou remarques, écrivez-moi. Mon adresse : jerome.verroust@gmail.com. Je vous souhaite une agréable lecture.

Avertissement : Si pour une raison quelconque, un ayant-droit d'une des personnes référencées sur ce site désire le retrait de la (les) photo(s) et des informations qui l'accompagnent, qu'il me contacte.

27 mai 2008

Statues de boue

"La boue qui gliss', la boue qui coule / La boue qui grimpe, la boue qui coule, /Qui tomb' d'en haut, qui r'mont' d'en bas, /La boue à pleins bords, où qu'on rentre /Jusqu'aux g'noux, souvent jusqu'au ventre… /A vous aggripe, a vous accroche… /On en a jusque dans ses poches… /On en mang' jusque sûs son pain !... /… La boue ventouse, la boue vampire, /Qui vous engoul', qui vous aspire… /
I sembl'des foès, quant'a vous prend,
/Qu'ça s'rait ein bête, et qu'a comprend /Et qu'a veut, emprès vous r'vanchée, /Venger la terr' qu'a trop souffert, /La terr', la pauv'terre des tranchées, /Blessée d'partout, qu'est là couchée, /Les trip'à l'air et l'ventre ouvert."(La passion de notre frère le poilu, Marc Leclerc, Au bibliophile angevin, 1920)

"Chaque jour tout est à refaire tant que les pluies continuent." Derrière cette ligne laconique, extraite d'un rapport du chef de bataillon Voisin, du 36e régiment d'infanterie, rédigé dans les bois de Beaumarais, perce déjà toute la lassitude de ce premier hiver dans les tranchées. Tout au long de la mauvaise saison, les hommes du 36e régiment d'infanterie ne cessent de se battre contre l'eau qui envahit constamment leur secteur. Dès le mois de janvier, des averses continuelles remplissent les boyaux. Le sol se recouvre d'une boue liquide ; les vêtements se raidissent ; les relèves et les ravitaillements sont ralentis. Il pleut tellement que les parapets et les tranchées s'écroulent et qu'il est impossible de circuler. Dans le Journal de marche du régiment, il est noté le 8 janvier : "L'eau monte de plus en plus dans les tranchées et le service y est rendu difficile et pénible. Les hommes ont les pieds dans l'eau nuit et jour. Ils se reposent assis les pieds contre les parois des abris." Dans un rapport daté du lendemain : "Dans deux compagnies, les hommes ne peuvent plus s'étendre."

Après avoir conféré avec le colonel commandant le 36e sur cette situation inquiétante, le commandant de la 10e brigade estime qu'il faut sans tarder employer tous les pionniers du régiment à la confection de gabions et de fascines, de façon à créer le plus rapidement possible des abris surélevés pour les unités qui n'en disposent pas encore. Dans le même temps une patrouille est envoyée le long du fossé qui relie les lignes allemandes aux lignes françaises (entre les bois de Chevreux et les bois de Beaumarais) pour vérifier si celui-ci n'est pas fermé par un barrage. Conduite par le sous-lieutenant Rault, dans la nuit du 2 au 3 janvier, elle ne remarque rien sinon "que le niveau de l'eau est plus élevé du côté des Allemands"...
Pour remédier à ce bourbier, des puits sont creusés au nord des bois, dans les secteurs marécageux. Chez les soldats, "la valeur du point occupé est pour les hommes uniquement fonction de la hauteur d’eau inondant les gourbis", note l'historique. On aménage des rigoles et des puisards. On tend des toiles de tente et l'on bricole des gouttières avec des boîtes de "singe" et autres seaux à confiture. Rien y fait. L'eau s'infiltre partout. Et les vagues de froid n'arrangent rien lors des patrouilles. "Les feuilles sèches forment une croûte glacée, dont les craquements menacent de révéler notre présence", note une patrouille de la 11ème compagnie.

(Ci-dessus, photo dans l'album de Fernand Le Bailly, légendée ainsi : "La lutte contre la boue, le gourbi de liaison. Mes hommes, nos capotes, de la boue, obus à volonté". Photo 2 : dans les bois de Beaumarais aujourd'hui.)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire