Pourquoi ce blog et comment le lire ?

Cette page, qui n'a pas la prétention d'être exhaustive, est un hommage rendu aux hommes du 36e régiment d'infanterie que mon arrière-grand-père, Fernand Le Bailly, a côtoyés, parfois photographiés pendant la Première Guerre mondiale. Elle souhaite conserver et transmettre leur souvenir. Elle est conçue à partir de témoignages, d'écrits et d'archives personnels qui m'ont été envoyés, en partie par des descendants de soldats du 36e. Elle est aussi un prétexte pour aller à la rencontre d'"invités" – historiens, passionnés de la Grande Guerre, élus, écrivains... – qui nous font redécouvrir aujourd'hui ce titanesque conflit. Elle est enfin un argument pour découvrir tous les prolongements de ce gigantesque conflit dans le monde d'aujourd'hui.
Comment consulter cette page ? Vous pouvez lire progressivement les messages, qui ne respectent pas un ordre chronologique (ils évoquent, par exemple, l'année 1915 ou 1914). Vous pouvez aussi avoir envie de vous attarder sur une année ou un secteur géographique : pour cela, cliquez dans la colonne à gauche dans la rubrique "Pages d'histoire du 36e" sur la période et le lieu qui vous intéressent. Tous les messages seront alors rassemblés pour vous selon l'ordre de publication.
Comment rentrer en contact ? Pour de plus amples renseignements sur ce site, ou me faire parvenir une copie de vos documents, vos souvenirs ou remarques, écrivez-moi. Mon adresse : jerome.verroust@gmail.com. Je vous souhaite une agréable lecture.

Avertissement : Si pour une raison quelconque, un ayant-droit d'une des personnes référencées sur ce site désire le retrait de la (les) photo(s) et des informations qui l'accompagnent, qu'il me contacte.

22 nov. 2007

Scènes de la vie martiale (I)

Samedi 5 septembre 1914. En pleine nuit, les plaines du Provinois sont un paysage d'apocalypse. Sur plusieurs kilomètres, le long des champs fraîchement moissonés, des colonnes de réfugiés fuient la zone de combat dont le grondement s'amplifie d'heure en heure. Fernand Le Bailly, qui remonte cette cohue avec son contingent, raconte :


Plus loin, les villages de Montceaux-les-Provins, Courgivaux, Esternay, Retourneloup, Châtillon-sur-Morin sont en feu. Dans l'obscurité, près du petit village de Fontaine-sous-Montaiguillon, le contingent vient regonfler les effectifs exsangues du 36e. Le sergent Gruchy, avec qui Le Bailly s'accorde bien, passe dans la 8ème compagnie ; son autre camarade, Apère, et lui-même sont versés dans la 6ème, commandée par le sergent Lhostis, natif du Hâvre. Pour la première fois, mon arrière-grand-père découvre les soldats du régiment normand :


Dire que les hommes sont fatigués est un doux euphémisme... Depuis 15 jours, ils se sont battus à Charleroi, puis à Guise, et ont parcouru 200 km pour échapper aux Allemands qui les talonnent. En deux semaines, l'unité a connu une saignée inimaginable touchant aussi bien les soldats que les officiers. Selon l'historique régimentaire "le régiment n'a plus que 1 300 hommes" (en 1914, un régiment compte en moyenne un peu plus de 3 000 hommes), un chiffre certainement en dessous de la réalité. Beaucoup ont perdu un camarade, voire un ami. Le moral à l'étiage, sales, déguenillés, ils souffrent de plus de la soif et de la faim. Depuis plusieurs jours, ces hommes n'ont en effet rien mangé, sinon quelques pommes le long des chemins. Pour calmer cet appétit, certains fouillent les maisons laissées à l'abandon. La répression s'abat sur eux férocement comme le raconte Fernand Le Bailly dans son carnet pour cette même journée.

(La suite à lire ici)

Pour lire un autre point de vue sur cette exécution, lire ici les mémoires de Jules Champin, un autre soldat du 36e RI. Nota : les citations qui accompagnent ce texte sont extraites du "carnet de guerre", écrit par Fernand Le Bailly dans les tranchées du bois de Beaumarais, en décembre 1915, et qui portent sur la bataille de la Marne et les combats sous le fort de Brimont.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire