Pourquoi ce blog et comment le lire ?

Cette page, qui n'a pas la prétention d'être exhaustive, est un hommage rendu aux hommes du 36e régiment d'infanterie que mon arrière-grand-père, Fernand Le Bailly, a côtoyés, parfois photographiés pendant la Première Guerre mondiale. Elle souhaite conserver et transmettre leur souvenir. Elle est conçue à partir de témoignages, d'écrits et d'archives personnels qui m'ont été envoyés, en partie par des descendants de soldats du 36e. Elle est aussi un prétexte pour aller à la rencontre d'"invités" – historiens, passionnés de la Grande Guerre, élus, écrivains... – qui nous font redécouvrir aujourd'hui ce titanesque conflit. Elle est enfin un argument pour découvrir tous les prolongements de ce gigantesque conflit dans le monde d'aujourd'hui.
Comment consulter cette page ? Vous pouvez lire progressivement les messages, qui ne respectent pas un ordre chronologique (ils évoquent, par exemple, l'année 1915 ou 1914). Vous pouvez aussi avoir envie de vous attarder sur une année ou un secteur géographique : pour cela, cliquez dans la colonne à gauche dans la rubrique "Pages d'histoire du 36e" sur la période et le lieu qui vous intéressent. Tous les messages seront alors rassemblés pour vous selon l'ordre de publication.
Comment rentrer en contact ? Pour de plus amples renseignements sur ce site, ou me faire parvenir une copie de vos documents, vos souvenirs ou remarques, écrivez-moi. Mon adresse : jerome.verroust@gmail.com. Je vous souhaite une agréable lecture.

Avertissement : Si pour une raison quelconque, un ayant-droit d'une des personnes référencées sur ce site désire le retrait de la (les) photo(s) et des informations qui l'accompagnent, qu'il me contacte.

12 sept. 2011

La presse en revue, semaine 5

Suite de notre revue de presse sur la Première Guerre mondiale pour la semaine passée :

  • Sur France Culture, Antoine Prost et Jay Winter reviennent sur leur ouvrage consacré à René Cassin - "grand professeur de droit, mais aussi militant des droits des victimes du conflit au sein de la plus grande association : l’Union fédérale des mutilés" - à l'occasion de la parution de leur récent ouvrage chez Fayard. Selon la présentation de l'éditeur "cette biographie retrace une vie et une action imprégnées des espoirs et cauchemars de toute une génération, celle de 1918, qui initia le mouvement de défense des droits de l’Homme, omniprésent dans le monde d’aujourd’hui..."
  • Les coqs en bronze disparaissent sur les monuments aux morts, comme en témoigne cet article du Courrier Picard. "Après ceux d'Athies (Pas-de-Calais) en mai, d'Authieule (Somme) en juin, de Seclin (Nord) en août, de Saint-Riquier, il en reste bien quelques-uns qu'il faudra surveiller", note le journaliste.
  • "La terre du Cambrésis, quatre-vingt-treize ans après la Grande Guerre continue de restituer les corps de soldats (ici anglais) tués lors de ce grand conflit", comme le raconte La Voix du Nord. Le quotidien nous relate également une histoire d'amitié de cinq hommes du 18e chasseur à cheval (photo).
  • L'Union raconte l'histoire du "jeune" village de Sommepy-Tahure et consacre, à l'occasion des journées du patrimoine, un long papier à la renaissance du château de Blérancourt, dans l'Aisne, qui conserve les dessins d'un soldat du 36e : Jean Hugo (à voir également sur le site un beau diaporama).
  • Projet architectural ambitieux, collection exceptionnelle et territoire légitime... Une présentation, sur le site Publik Art, du futur musée de Meaux, qui ouvrira ses portes le 11/11/2011 prochain.
Et vous, qu'avez-vous remarqué cette semaine ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire