Pourquoi ce blog et comment le lire ?

Cette page, qui n'a pas la prétention d'être exhaustive, est un hommage rendu aux hommes du 36e régiment d'infanterie que mon arrière-grand-père, Fernand Le Bailly, a côtoyés, parfois photographiés pendant la Première Guerre mondiale. Elle souhaite conserver et transmettre leur souvenir. Elle est conçue à partir de témoignages, d'écrits et d'archives personnels qui m'ont été envoyés, en partie par des descendants de soldats du 36e. Elle est aussi un prétexte pour aller à la rencontre d'"invités" – historiens, passionnés de la Grande Guerre, élus, écrivains... – qui nous font redécouvrir aujourd'hui ce titanesque conflit. Elle est enfin un argument pour découvrir tous les prolongements de ce gigantesque conflit dans le monde d'aujourd'hui.
Comment consulter cette page ? Vous pouvez lire progressivement les messages, qui ne respectent pas un ordre chronologique (ils évoquent, par exemple, l'année 1915 ou 1914). Vous pouvez aussi avoir envie de vous attarder sur une année ou un secteur géographique : pour cela, cliquez dans la colonne à gauche dans la rubrique "Pages d'histoire du 36e" sur la période et le lieu qui vous intéressent. Tous les messages seront alors rassemblés pour vous selon l'ordre de publication.
Comment rentrer en contact ? Pour de plus amples renseignements sur ce site, ou me faire parvenir une copie de vos documents, vos souvenirs ou remarques, écrivez-moi. Mon adresse : jerome.verroust@gmail.com. Je vous souhaite une agréable lecture.

Avertissement : Si pour une raison quelconque, un ayant-droit d'une des personnes référencées sur ce site désire le retrait de la (les) photo(s) et des informations qui l'accompagnent, qu'il me contacte.

23 mars 2008

Coulinage contre cafard

Légende de la photo ci-contre dans l’album de Fernand Le Bailly : "Nos 'gourbis' dans la fondrière de Beaumarais. Hiver 1914-1915."


23 décembre 1914
. Les ramures des arbres de Beaumarais se balancent sous un ciel bistre... A l'approche des fêtes de fin d'année, pour la plupart des hommes qui demeurent là, dans la terre et les bois, la tristesse est palpable : premier Noël sans famille, sous une pluie et un vent ininterrompus, avec des journées courtes, et pas ou peu de lumière pour les longues heures de nuit... Les colis reçus par certains soldats, avec paquets de tabac, cigares, chocolat, etc., ne changent pas grand-chose à l'état d'esprit. Beaucoup cèdent à cet état d'abattement et de fatalisme que l'on va appeler "cafard", qui métamorphose les combattants inexorablement en "machine à attendre". Ce découragement, le soldat Armand David, natif de Frénouville (14), l'a-t-il éprouvé ? En cette journée, peut-être s'est-il remémoré le temps où enfant, la veille de Noël, il allait "couliner" avec d'autres "rabesots" (petit enfant maigre en normand) dans le village de Bourguébus ? Lors de cette journée, on parcourait les champs en portant des torches - les coulines ou les brandons - dont on passait rapidement la flamme sur l'écorce des pommiers. On chantait aussi des formules semi magiques pour faire fuir vermines et parasites, comme dans le Bessin : "Couline vaut Folau / Pipe au pommier / Beurre et lait / Vienn'nt à pianté / Taupes et mulots / Sors de mon clot / Où j'te casse les os ! / Barbassionné, si tu viens dans mon clos / J'te brule la barbe jusqu'ès os !" Aujourd'hui, Armand David aimerait bien trouver l'expression capable de faire fuir les idées noires qu'il ressasse depuis quelques jours.
(A suivre...)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire