Pourquoi ce blog et comment le lire ?

Cette page, qui n'a pas la prétention d'être exhaustive, est un hommage rendu aux hommes du 36e régiment d'infanterie que mon arrière-grand-père, Fernand Le Bailly, a côtoyés, parfois photographiés pendant la Première Guerre mondiale. Elle souhaite conserver et transmettre leur souvenir. Elle est conçue à partir de témoignages, d'écrits et d'archives personnels qui m'ont été envoyés, en partie par des descendants de soldats du 36e. Elle est aussi un prétexte pour aller à la rencontre d'"invités" – historiens, passionnés de la Grande Guerre, élus, écrivains... – qui nous font redécouvrir aujourd'hui ce titanesque conflit. Elle est enfin un argument pour découvrir tous les prolongements de ce gigantesque conflit dans le monde d'aujourd'hui.
Comment consulter cette page ? Vous pouvez lire progressivement les messages, qui ne respectent pas un ordre chronologique (ils évoquent, par exemple, l'année 1915 ou 1914). Vous pouvez aussi avoir envie de vous attarder sur une année ou un secteur géographique : pour cela, cliquez dans la colonne à gauche dans la rubrique "Pages d'histoire du 36e" sur la période et le lieu qui vous intéressent. Tous les messages seront alors rassemblés pour vous selon l'ordre de publication.
Comment rentrer en contact ? Pour de plus amples renseignements sur ce site, ou me faire parvenir une copie de vos documents, vos souvenirs ou remarques, écrivez-moi. Mon adresse : jerome.verroust@gmail.com. Je vous souhaite une agréable lecture.

Avertissement : Si pour une raison quelconque, un ayant-droit d'une des personnes référencées sur ce site désire le retrait de la (les) photo(s) et des informations qui l'accompagnent, qu'il me contacte.

15 oct. 2009

La guerre, à en souper


(Ci-contre : un repas entre officiers et sous-officiers au 36e RI avant guerre. A droite, sous la croix rouge,  le sergent major Girard. Merci de me signaler le nom des soldats si vous les reconnaissez. Photo DR)

Sardines, pommes de terre, boîtes de "singe", chocolat, pain, confiture, vin, soupe froide, riz... A relire les témoignages, l'ordinaire du soldat, même complété par les colis de la famille, fut bien monotone. En témoigne, cette lettre d' Etienne Tanty, du 129e régiment d'infanterie, rédigée dans la plaine de Courcy, en novembre 1915. Dans une description très sarcastique, le jeune garçon raconte un repas pris dans un cantonnement, à proximité des lignes tenues par le 36e RI.

"Lundi 9 novembre (...) Les cuisines sont des foyers, un par escouade, le long d'un mur, entre le mur et un immense tas de fumier. Sur deux pierres chauffent une immense marmite de riz et une de pommes de terre en purée. Chacun s'amène avec sa gamelle et la distribution commence et, avec elle, l'inévitable chamaillerie : hé ! le riz est à l'eau ! – hé ! le riz est au gras – et je ne l'aime pas comme ci et je ne l'aime pas comme ça – et puisque c'est ça j'en veux pas – et c'est toujours les mêmes – et tu nous fais chi... – et viens voir un peu ! – oui j'y viendrai – qu'est–ce que t'attends – et cette gamelle est trop pleine – et celle–ci ne l'est pas assez ! – et ta gueule ! – sale râleur ! espèce de... – répète–le donc ! – oui je le répèterai – eh bien répète–le – tu vas voir ! – tu me fais pas peur, peut–être ! – voulez–vous taire vos gueules, là–bas ! – et patati et patata...
Quand les quatre ou cinq cuillerées de riz et de patates sont enfin distribuées, chacun tire son pain de sa musette et le dîner commence, les uns debout, les autres assis le long du mur, d'autres avec le tas de fumier comme table. Parfois de la politique et stratégie établissent une conversation, où l'on répète avec passion les pires âneries et les plus grosses balourdises des journaux. Les Boches fuient comme des lapins, les Russes sont à Berlin, la guerre va finir dans les huit jours ! Le dîner fini, c'est le tour du jus et les engueulades reprennent : "Et t'es déjà servi ! Et t'es pas servi ? Et t'as pris du rabiot ! Et t'en as pris !" Je vous fais grâce du reste, ce qu'on entend du matin au soir ! (...)"

Aucun commentaire:

Publier un commentaire