Pourquoi ce blog et comment le lire ?

Cette page, qui n'a pas la prétention d'être exhaustive, est un hommage rendu aux hommes du 36e régiment d'infanterie que mon arrière-grand-père, Fernand Le Bailly, a côtoyés, parfois photographiés pendant la Première Guerre mondiale. Elle souhaite conserver et transmettre leur souvenir. Elle est conçue à partir de témoignages, d'écrits et d'archives personnels qui m'ont été envoyés, en partie par des descendants de soldats du 36e. Elle est aussi un prétexte pour aller à la rencontre d'"invités" – historiens, passionnés de la Grande Guerre, élus, écrivains... – qui nous font redécouvrir aujourd'hui ce titanesque conflit. Elle est enfin un argument pour découvrir tous les prolongements de ce gigantesque conflit dans le monde d'aujourd'hui.
Comment consulter cette page ? Vous pouvez lire progressivement les messages, qui ne respectent pas un ordre chronologique (ils évoquent, par exemple, l'année 1915 ou 1914). Vous pouvez aussi avoir envie de vous attarder sur une année ou un secteur géographique : pour cela, cliquez dans la colonne à gauche dans la rubrique "Pages d'histoire du 36e" sur la période et le lieu qui vous intéressent. Tous les messages seront alors rassemblés pour vous selon l'ordre de publication.
Comment rentrer en contact ? Pour de plus amples renseignements sur ce site, ou me faire parvenir une copie de vos documents, vos souvenirs ou remarques, écrivez-moi. Mon adresse : jerome.verroust@gmail.com. Je vous souhaite une agréable lecture.

Avertissement : Si pour une raison quelconque, un ayant-droit d'une des personnes référencées sur ce site désire le retrait de la (les) photo(s) et des informations qui l'accompagnent, qu'il me contacte.

24 oct. 2009

Deux ans et des poussières


On ne va pas plastronner, mais époque des chrysanthèmes oblige, sacrifions au traditionnel anniversaire de ce blog pour vous annoncer les derniers chiffres de fréquentation de cette page. Ils sont  encourageants : depuis sa création, il y a deux ans, ce site a rassemblé 14 216 visites (4 535 visites il y a un an à la même époque) pour 9 021 visiteurs uniques "absolus" (2 685 en 2008) et 30 817 pages vues (10 105 l'année dernière). Des résultats dus évidemment à la parution de cette adresse en "une" de l'édition électronique du Monde le 11 novembre dernier (accompagnée d'un sympathique port-folio sonore, toujours en ligne), mais également aux "invités du 36e" qui ont eu la gentillesse de répondre à mes questions : les auteurs Claude Duneton et Laurent Mirouze, Donald Browarski dans son "musée-écrin", Vincent le Calvez et la mémoire  d'Albert Thierry, Gabriel et celle de son grand-oncle, et tous les autres... Qu'ils soient ici remerciés pour leur patience, leur disponibilité et leur générosité. Enfin, que les lecteurs de cette page, occasionnels ou réguliers, le soient également. Leur présence quotidienne vaut tous les encouragements.
Le travail n'est pas pour autant terminé. Les pièces du puzzle se mettent en place. Nous venons à peine de décrire les combats que le 36e RI découvre le 12 septembre 1914, qu'il nous faut rejoindre la 1ère compagnie, dans les tranchées de Courcy, pleurant la disparition du capitaine Wiart, ou la 6e, dans les bois de Beaumarais, qui déplore la perte du sergent Aberlard Molle. Et il nous reste à imaginer, dans la mesure du possible, ce que furent les combats du 8 juin 1915 à Neuville-Saint-Vaast…
Un long labeur, souvent difficile à mener parallèlement à mon activité professionnelle. Mais les récompenses sont là, dans les louanges des uns et les remarques des autres, dans la révélation récente de deux témoignages de soldats du régiment, ou la découverte de "figures" exceptionnelles du régiment, telles celle de Pierre Masse, que nous ne manquerons pas de partager avec vous dans les prochains mois. Je vous souhaite une agréable troisième année de lecture. (Photo : la vignette Delandre consacrée au 36e régiment d'infanterie. Voir le site de Stéphane Bone qui les recense.)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire