Pourquoi ce blog et comment le lire ?

Cette page, qui n'a pas la prétention d'être exhaustive, est un hommage rendu aux hommes du 36e régiment d'infanterie que mon arrière-grand-père, Fernand Le Bailly, a côtoyés, parfois photographiés pendant la Première Guerre mondiale. Elle souhaite conserver et transmettre leur souvenir. Elle est conçue à partir de témoignages, d'écrits et d'archives personnels qui m'ont été envoyés, en partie par des descendants de soldats du 36e. Elle est aussi un prétexte pour aller à la rencontre d'"invités" – historiens, passionnés de la Grande Guerre, élus, écrivains... – qui nous font redécouvrir aujourd'hui ce titanesque conflit. Elle est enfin un argument pour découvrir tous les prolongements de ce gigantesque conflit dans le monde d'aujourd'hui.
Comment consulter cette page ? Vous pouvez lire progressivement les messages, qui ne respectent pas un ordre chronologique (ils évoquent, par exemple, l'année 1915 ou 1914). Vous pouvez aussi avoir envie de vous attarder sur une année ou un secteur géographique : pour cela, cliquez dans la colonne à gauche dans la rubrique "Pages d'histoire du 36e" sur la période et le lieu qui vous intéressent. Tous les messages seront alors rassemblés pour vous selon l'ordre de publication.
Comment rentrer en contact ? Pour de plus amples renseignements sur ce site, ou me faire parvenir une copie de vos documents, vos souvenirs ou remarques, écrivez-moi. Mon adresse : jerome.verroust@gmail.com. Je vous souhaite une agréable lecture.

Avertissement : Si pour une raison quelconque, un ayant-droit d'une des personnes référencées sur ce site désire le retrait de la (les) photo(s) et des informations qui l'accompagnent, qu'il me contacte.

20 avr. 2010

Brimont : un château en Espagne pour la 10e brigade (IV)

Suite de notre billet consacré aux combats dans et autour du château de Brimont en septembre 1914.

Après l'arrivée du bataillon du 129e régiment d'infanterie, le 16 septembre 1914, l'organisation des lisières du parc et du château est complétée (voir plan ci-contre). Au régiment du Havre échoient le bâtiment principal ainsi que les côtés sud-ouest et nord-est du parc. Les bons tireurs sont placés derrière les fenêtres du premier étage et dans les combles du château, en contrebas de lisière du bois de Brimont. Ils prennent pour cible les travailleurs allemands dès qu'ils les repèrent. L'ennemi riposte par des tirs de mitrailleuses sur les toits et des bombardements. La ferme attenante et la face sud-est du parc sont occupés par le 36e. Le génie perce des créneaux dans le mur le long de l'allée qui descend vers les bois de Soulains, puis creuse une tranchée pour tireurs à genoux sur le côté sud-est, en dehors du parc, pour la 8e compagnie du 36e. La 4e compagnie du 129e, pour sa part, s'enterre, à l'ouest, dans des trous de mitrailleuses. Enfin des postes d'observation sont installés. Celui de Navel est disposé dans le grenier d'un grand hangar à fourrage, auprès de la ferme.
C'est de cette position que le chef de bataillon commence à voir, dès 16 heures, d'importantes forces ennemies descendre en formations dispersées vers les bois de Soulains sans tirer ni subir le feu de l'artillerie française. Un peu plus tard, Navel aperçoit également un flot de fuyards sortir du bois en courant en direction du pont de la voie ferrée (cet épisode sera développé dans un autre billet, NDR). Le capitaine Meunier, du 36e RI, raconte : "À la tombée de la nuit nous entendons très distinctement le violent combat qui se livre dans les bois Soulains en arrière et à droite de nous. Nous ne pouvons rien voir et il est impossible de se faire une opinion sur le résultat car peu de temps après la charge nous entendons le clairon allemand qui sonne la retraite. Pendant longtemps nous verrons des lanternes aller et venir et nous supposons que ce sont des brancardiers allemands qui ramassent leurs blessés." Il est difficile d'imaginer la perplexité des soldats au château de Brimont... Les bois de Soulains, que le bataillon du 36e RI avait quitté 36 heures plus tôt, leur semblaient pourtant occupés par les Français. Par précaution, Duchemin et Navel envoient l'information à la Verrerie en cinq exemplaires par cinq hommes du 36e échelonnés. Puis, vers 21 heures, devant l'urgence de la situation, Duchemin fait de nouveau appel à Moulin pour demander des instructions au colonel du 129e RI.
Car la situation au sein du château devient préoccupante : les munitions commencent à baisser, la situation sanitaire pour les blessés est grave et les vivres sont insuffisants. Lorsque Moulin revient de la Verrerie, quatre heures plus tard, il est accompagné de deux médecins auxiliaires du 36e, Prentoux et Coty, de quelques infirmiers et d'une patrouille qui apporte une trentaine de paquets de cartouches. Moulin a remis le compte-rendu au colonel, qui a prescrit verbalement au bataillon Duchemin qu'il devait rester au château. Ces dispositions sont suivies, quelques heures plus tard, d'un ordre écrit identique.

(A suivre…)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire