Pourquoi ce blog et comment le lire ?

Cette page, qui n'a pas la prétention d'être exhaustive, est un hommage rendu aux hommes du 36e régiment d'infanterie que mon arrière-grand-père, Fernand Le Bailly, a côtoyés, parfois photographiés pendant la Première Guerre mondiale. Elle souhaite conserver et transmettre leur souvenir. Elle est conçue à partir de témoignages, d'écrits et d'archives personnels qui m'ont été envoyés, en partie par des descendants de soldats du 36e. Elle est aussi un prétexte pour aller à la rencontre d'"invités" – historiens, passionnés de la Grande Guerre, élus, écrivains... – qui nous font redécouvrir aujourd'hui ce titanesque conflit. Elle est enfin un argument pour découvrir tous les prolongements de ce gigantesque conflit dans le monde d'aujourd'hui.
Comment consulter cette page ? Vous pouvez lire progressivement les messages, qui ne respectent pas un ordre chronologique (ils évoquent, par exemple, l'année 1915 ou 1914). Vous pouvez aussi avoir envie de vous attarder sur une année ou un secteur géographique : pour cela, cliquez dans la colonne à gauche dans la rubrique "Pages d'histoire du 36e" sur la période et le lieu qui vous intéressent. Tous les messages seront alors rassemblés pour vous selon l'ordre de publication.
Comment rentrer en contact ? Pour de plus amples renseignements sur ce site, ou me faire parvenir une copie de vos documents, vos souvenirs ou remarques, écrivez-moi. Mon adresse : jerome.verroust@gmail.com. Je vous souhaite une agréable lecture.

Avertissement : Si pour une raison quelconque, un ayant-droit d'une des personnes référencées sur ce site désire le retrait de la (les) photo(s) et des informations qui l'accompagnent, qu'il me contacte.

14 nov. 2012

La presse en revue, semaine 58

Suite de notre revue de presse sur l'actualité de la Grande Guerre pour le mois de novembre 2012 & séance de rattrapage pour les non-abonnés au compte twitter @36regiment.

11 novembre. Environ 800 commémorations se sont déroulées le 11 novembre sur le territoire mobilisant plus de 10 000 militaires (source Lignes de Défense). A Paris, à l'arc de triomphe, le président François Hollande a rendu pour la première fois hommage aux morts de la Grande Guerre et "à tous les morts pour la France". Mais cet anniversaire de l'armistice a aussi été l'occasion de voir se poursuivre la polémique à propos de l'organisation des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale, véritable "guerre de tranchées" selon un article alarmiste du JDD. Outre celles évoquées dans nos précédents billets (voir revue 53 à 57), d'autres voix se sont  élevées contre le projet de création d’une mission interministérielle associant le 100e anniversaire de 1914 et le 70e du débarquement allié de 1944 et de la libération de la France : parmi elles, les historiens François Cochet, Denis Pechanski et Jean-Noël Jeanneney, ou le président du conseil général de la Meuse Christian Namy (in L'Humanité). Ce projet est-il une "mise sous contrôle" par le gouvernement du Conseil scientifique national, chargé de la réflexion sur la commémoration de la Première Guerre mondiale, conseil mis en place en 2012 avant l’alternance politique, s'interroge Le Républicain Lorrain (photo) ?
Par ailleurs, ce 11 novembre a été l'occasion pour la Ligue des Droits de l'Homme et la Libre Pensée d'organiser plusieurs rassemblements afin de poursuivre l'appel à la réhabilitation des soldats fusillés de la Première Guerre mondiale. Et ce, quelques heures après l'annonce, par le ministre délégué aux anciens combattants, Kader Arif (source La Croix), d'attribuer la mention "mort pour la France" au sous-lieutenant Chapelant, passé par les armes en novembre 14. Plusieurs communes, comme à Saint-Ybars (Midi-Pyrénées) ont ainsi rendu hommage à ces combattants, parfois en inscrivant leur nom sur le monument aux morts, comme à Salviac (Lot, source La Dépêche). A noter que le canton de Tauves (Puy-de-Dôme) a décidé pour sa part de se doter d'une rue baptisée "rue des fusillés de 1917", rapporte le site de La Montagne. De son côté, le premier ministre, Jean-Marc Ayrault s'est voulu apaisant et a déclaré lors de la cérémonie du 11 novembre sur la clairière de Rethondes (Oise) que le centenaire, "s'inscrivant dans une politique de mémoire forte et volontaire, aura une dimension particulière" (source : Libération).

En France  ● Le site de l'association Ceux de 14 a lancé un appel pour la panthéonisation de Maurice Genevoix le 11 novembre 2014 (à signer, nom et profession, en envoyant un mail à contact@ceuxde14.fr). Le transfert des cendres au Panthéon de l'écrivain serait, pour l'écrivain Michel Bernard, membre de l'association, "une reconnaissance officielle de la nation du grand service rendu par cet écrivain" (source : Est Républicain). ● A l'occasion du 11 novembre, le portail Genealogie.com a fait son autopromotion en mettant en ligne gratuitement, le temps du week-end, une collection répertoriant 400 000 civils français déplacés pendant la guerre de 14-18.  ● Après plus de trois ans de travail, le Collectif-Artois 1914/1915, association dont le siège se trouve à Bully-les-Mines (Pas-de-Calais), vient de terminer son travail d'inventaire à partir du fichier Mémoire des Hommes pour recenser les "94 379 soldats" français qui sont venus mourir dans le Pas-de-Calais durant la Première Guerre mondiale.  ● Avec le centième anniversaire de la déclaration de guerre, le site Wikipasdecalais (encyclopédie collaborative qui rassemble articles et images concernant le département) souhaite constituer un livre d’or en hommage aux militaires du département morts pour la France de 1914 à 1918 (communiqué à télécharger ici).  ● La mémoire industrielle de la société Schneider tout au long de la Première Guerre mondiale est désormais en ligne via l’académie François Bourdon du Creusot, nous rappelle Le Journal de Saône et Loire. Ces données, accessibles gratuitement, se composent de "100 000 pages, 650 plans et 800 photos pour cette seule période de l’histoire". ● Pour le prochain centenaire, selon le site France 3, le gouvernement devrait choisir deux sites marnais - Mondement et Dormans - pour les cérémonies commémorant la Grande Guerre. ● A la nécropole du Natus, près d'Arcachon, le 11 novembre, on s'est souvenu des soldats africains morts pour la France au camp du Courneau, durant la Première Guerre mondiale (source Sud-Ouest, voir RP 47 à 50).

● Au Royaume-Unibeaucoup de solemnité (voir cette galerie  photos du Guardian) ainsi que des gestes symboliques ont émaillé les cérémonies du 11 novembre, comme ces sportifs arborant un brassard avec un poppy (source : The Independent) ou encore ce politique irlandais affichant la fleur symbole à la chambre basse irlandaise (le poppy appeal, lancé chaque année par la Royal British Legion en Grande-Bretagne, visant à soutenir les familles des soldats morts ou blessés au combat, aurait rapporté cette année 765 000 £  - près de 957 000 € -, selon la BBC). Mais cette semaine a été marquée par le lancement de plusieurs initiatives intéressantes par leur diversité. En Angleterre, des dossiers de prisonniers ont été mis en ligne par le site (privé) Ancestry.co.uk (source DailyMail). En Irlande, un site web officien Irelandww1 a été ouvert pour recueillir des informations sur la participation de l'Irlande à la Première Guerre mondiale, alors que dans le même temps les reproductions de 9 000 testaments de soldats irlandais ont été mis en ligne, selon Thesundaytimes.  ● En Belgique, selon LeVif.be l'ambassade de la Fédération de Russie a lancé sur son site web une carte qui répertorie les photos des tombes de soldats de l'empire de Russie morts durant la Première Guerre mondiale en Belgique. Par ailleurs, le bourgmestre de Sambreville, en Wallonie, a inauguré le 10 novembre un parcours proposant un itinéraire vélo et pédestre, commémorant les massacres perpétrés à Tamines, lors du premier confli mondial, selon RTBF.be En Italie, ouverture de la première grande exposition labellisée centenaire, à Rome, au Vittoriano. Intitulée "Vers la Grande Guerre. Histoire et passions de l'Italie. La crise de la fin du XIXe siècle à D'Annunzio", elle présente plus de deux cents œuvres jusqu'au 6 janvier prochain (source Adnkronos, en italien).

Dans l'agenda...
  ● 
Jusqu'au 31 décembre, l'artiste Béatrice Turquand d'Auzay raconte et transmet l’histoire de sa famille, "petite histoire inscrite dans une grande histoire tourmentée", tout au long d'une exposition d'art contemporain très aboutie, intitulée "Prière de conserver", au musée de la Grande Guerre de Meaux. Peintures, sculptures avec du fil barbelé, croquis... : le site de 77info.fr nous en dit plus.
A voir, à lire et à écouter...  ● A lire un article d'El Watan qui s'interroge, à quelques jours du 11 novembre, à partir du rapport de préfiguration du centenaire de la Première Guerre mondiale : quel hommage aux combattants des colonies ?  ● A lire une critique d'Alain Chiron, du site Ceux de 14, sur le quatrième tome de la BD de Kris et Mael Notre Mère la Guerre, t.4 Requiem (éd. Futuropolis, 16,25 €) et le livre Infirmière pendant la Première Guerre mondiale. Journal de Geneviève Darfeuil, Houlgate-Paris 1914-1918 (éd. Gallimard jeunesse, 9,95 €). ● A lire : sous l'égide de l'association Bretagne 14-18, deux passionnés d'histoire viennent de publier le second tome de l'ouvrage Les navires des ports de la Bretagne provinciale coulés par faits de guerre (25 €, plus 6 € de frais de port), selon Le Télégramme.
Et vous, qu'avez-vous remarqué ces jours-ci ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire