Pourquoi ce blog et comment le lire ?

Cette page, qui n'a pas la prétention d'être exhaustive, est un hommage rendu aux hommes du 36e régiment d'infanterie que mon arrière-grand-père, Fernand Le Bailly, a côtoyés, parfois photographiés pendant la Première Guerre mondiale. Elle souhaite conserver et transmettre leur souvenir. Elle est conçue à partir de témoignages, d'écrits et d'archives personnels qui m'ont été envoyés, en partie par des descendants de soldats du 36e. Elle est aussi un prétexte pour aller à la rencontre d'"invités" – historiens, passionnés de la Grande Guerre, élus, écrivains... – qui nous font redécouvrir aujourd'hui ce titanesque conflit. Elle est enfin un argument pour découvrir tous les prolongements de ce gigantesque conflit dans le monde d'aujourd'hui.
Comment consulter cette page ? Vous pouvez lire progressivement les messages, qui ne respectent pas un ordre chronologique (ils évoquent, par exemple, l'année 1915 ou 1914). Vous pouvez aussi avoir envie de vous attarder sur une année ou un secteur géographique : pour cela, cliquez dans la colonne à gauche dans la rubrique "Pages d'histoire du 36e" sur la période et le lieu qui vous intéressent. Tous les messages seront alors rassemblés pour vous selon l'ordre de publication.
Comment rentrer en contact ? Pour de plus amples renseignements sur ce site, ou me faire parvenir une copie de vos documents, vos souvenirs ou remarques, écrivez-moi. Mon adresse : jerome.verroust@gmail.com. Je vous souhaite une agréable lecture.

Avertissement : Si pour une raison quelconque, un ayant-droit d'une des personnes référencées sur ce site désire le retrait de la (les) photo(s) et des informations qui l'accompagnent, qu'il me contacte.

30 janv. 2012

La presse en revue, semaine 25

Suite de notre revue de presse sur l'actualité de la Grande Guerre pour les jours passés...

En France Fraîchement éclose, l'association "Paysages et sites de mémoire de la Grande Guerre" (site officiel, page d'accueil ci-contre) a tenu sa conférence de presse au Sénat, mardi dernier, afin de présenter le dossier français d'inscription des sites de mémoire de 1914-1918 au patrimoine mondial de l'Unesco. Un projet inscrit dans un "temps long", rappelle la page du sénateur Yves Daudigny, co-président de l'association. Selon la Revue française de généalogie, le calendrier est posé : "Chaque département présentera courant 2012 les sites susceptibles d'êtres soumis au classement, et la candidature devrait être déposée en 2013, avec l'espoir de la voir aboutir pendant les commémorations de la Grande Guerre qui s'échelonneront de 2014 à 2020", soit selon la revue, sur la base des propos de Serge Barcellini, secrétaire général de l'association, "une espérance d'inscription pour les sites français et belges pour l'année 2015-2016, ce qui nous laisse l'espoir pour les autres fronts en 2017-2018". A noter que de nombreux "experts" figurent dans le comité scientifique de cette association, avec notamment plusieurs représentants de l'historiographie française de la Première Guerre mondiale.
Le pari est ambitieux. Selon L'Union, le classement d'un site au patrimoine mondial de l'Unesco est "un formidable accélérateur de visites", mais comme le rapporte le quotidien, "aucun site de mémoire relatif à un conflit n'est classé au patrimoine mondial". En outre, selon le quotidien Localtis, ce dossier "risque fort d'entrer en "concurrence" avec la demande d'inscription des sites du Débarquement au patrimoine mondial de l'Unesco", que la région Basse-Normandie a effectué "le 15 juin dernier". A ce jour, 37 sites culturels et naturels français sont en effet inscrits sur la liste du patrimoine mondial, auxquels s'ajoutent 34 autres sites qui sont aussi candidats et sont déjà inscrits sur la liste indicative.

 Dans les régions  ● Le Sénat a adopté le 24 janvier dernier le projet de loi voulu par Nicolas Sarkozy visant à transformer le 11 Novembre, jour de l'armistice de 1918, en une journée d'hommage à "tous les morts pour la France", rapporte Le Nouvel Obs. A noter toutefois que le texte a été voté avec un amendement, présenté par Alain Neri (PS) stipulant que le nouveau 11 novembre "ne se substitue pas aux autres journées de commémoration nationale". Seuls les sénateurs communistes du CRC ont voté contre, au motif que "la Première Guerre est inédite", rapporte La Voix du Nord. Sur le terrain, l'idée continue de faire débat, comme le raconte L'Union. ● Serge Barcellini, directeur de la Mission histoire auprès du conseil général de la Meuse, a annoncé à la Revue Française de Généalogie "avoir reçu le soutien de l'Etat à la numérisation des registres matricules des soldats français de la Grande Guerre" (lire à ce propos l'interview de Serge Barcellini sur ce blog réalisée en octobre 2010). ●  Chaque année, la fédération André-Maginot permet à une centaine de classes de partir explorer des sites chargés de l'histoire des guerres. Cette année, elle a remis un prix de la mémoire et du civisme André-Maginot à l'école primaire du Bourg de Chapelle d'Armentières (Nord), raconte La Voix du Nord. ●  Le projet de la Maison de l'histoire de France "prend corps", selon Le Monde, même si un certain nombre de points (financement, lieu d'installation...) ne sont pas encore bouclés. 

Hors de France ● A Washington, le changement de destination du monument aux morts du district de Columbia en monument national de la guerre fait débat, rapporte le Washington Times.  ●  Le vice-premier Ministre et ministre des Affaires étrangères de Belgique, Didier Reynders s'est entretenu le 20 janvier 2012 avec son homologue australien, Kevin Rudd, en visite à Bruxelles. Les liens historiques de ces deux pays remontent à la première Guerre Mondiale, précise ce communiqué de l'ambassade de Belgique.●   Le 15 janvier dernier a marqué l'"anniversaire" du premier bombardement de l'Angleterre par zeppelins, selon le blog de l'Imperial War Museum. Cet événement est aujourd'hui signalé par un monument dans la ville côtière de Great Yarmouth. ●  Le "look Première Guerre mondiale" envahit les pages de modes et de tendances, selon le London Evening Standard. 

Dans l'agenda... ● A télécharger : le programme culturel du musée de Meaux jusqu'en juin 2012, sur cette page.
A voir, à lire et à écouter...  ● A lire le dossier de presse du documentaire Nom de code : poilus d'Alaska, diffusé le 18 février prochain sur Arte, qui raconte comment, au cours de la Grande Guerre, plus de 400 chiens de traineau franchirent l’Atlantique pour épauler les soldats français. Un documentaire de 90' réalisé par Marc Jampolsky. ● A voir un petit reportage d'Alsace 20 sur la numérisation des livres à la BNU de Strasbourg dans le cadre du projet Europeana 1914-1918. ● Jean Vautrin poursuit sa saga "Quatre soldats français", initiée avec Adieu la vie, adieu l'amour, avec le tome 4 : Les années faribole (éd. Robert Laffont, 21 €), raconte Le Figaro

Et vous, qu'avez-vous remarqué ces jours-ci ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire