Pourquoi ce blog et comment le lire ?

Cette page, qui n'a pas la prétention d'être exhaustive, est un hommage rendu aux hommes du 36e régiment d'infanterie que mon arrière-grand-père, Fernand Le Bailly, a côtoyés, parfois photographiés pendant la Première Guerre mondiale. Elle souhaite conserver et transmettre leur souvenir. Elle est conçue à partir de témoignages, d'écrits et d'archives personnels qui m'ont été envoyés, en partie par des descendants de soldats du 36e. Elle est aussi un prétexte pour aller à la rencontre d'"invités" – historiens, passionnés de la Grande Guerre, élus, écrivains... – qui nous font redécouvrir aujourd'hui ce titanesque conflit. Elle est enfin un argument pour découvrir tous les prolongements de ce gigantesque conflit dans le monde d'aujourd'hui.
Comment consulter cette page ? Vous pouvez lire progressivement les messages, qui ne respectent pas un ordre chronologique (ils évoquent, par exemple, l'année 1915 ou 1914). Vous pouvez aussi avoir envie de vous attarder sur une année ou un secteur géographique : pour cela, cliquez dans la colonne à gauche dans la rubrique "Pages d'histoire du 36e" sur la période et le lieu qui vous intéressent. Tous les messages seront alors rassemblés pour vous selon l'ordre de publication.
Comment rentrer en contact ? Pour de plus amples renseignements sur ce site, ou me faire parvenir une copie de vos documents, vos souvenirs ou remarques, écrivez-moi. Mon adresse : jerome.verroust@gmail.com. Je vous souhaite une agréable lecture.

Avertissement : Si pour une raison quelconque, un ayant-droit d'une des personnes référencées sur ce site désire le retrait de la (les) photo(s) et des informations qui l'accompagnent, qu'il me contacte.

19 déc. 2011

La guerre contre l'oubli de Marcel Houyoux (ép. 15)

Une autre nécropole allemande, bâtie à l'emplacement des combats du premier bataillon du 36e RI, connaîtra le même sort que la nécropole Bouffioulx-La Sarte. Marcel Houyoux nous la fait découvrir derrière une maison individuelle, où se tient un cours de tennis à l'abandon.


Le plan du cimetière du Château d'eau rassemblait, en 1915, 655 corps : 474 Français et 151 Allemands.
"Voilà l’emplacement de l’ancien cimetière militaire franco-allemand du Château d’eau, nommé Kriegerfriedhof Wasserturm par les Allemands. Il y avait une imposante stèle avec un lion de pierre la surmontant : c’était lourd et massif, avec une inscription qui vantait l’armée allemande au travers d’une citation faisant référence à la mythologie germanique. La fosse commune française était là, au fond, et vous aviez les pierres tombales ici, de gauche à droite, les stèles fichées dans le sol. Le muret nord est toujours d’origine. Mon grand-père m’a raconté que dans les années 20 lorsque que quelqu’un chantait ici, on l’entendait jusqu’à la place Saint-Roch, à Châtelet [située à 1,5 km de là]. Cette nécropole avait un livre d’or, mais on l’a chapardé dans les années 30. On ne l’a plus jamais revu. Il y avait chaque année des commémorations qui se faisaient ici, musique et autorités en tête. La nécropole servait de but de promenade pour les Châteletains. En 1957, le gouvernement allemand a trouvé que les nécropoles coûtaient trop cher à l’entretien, dont celle du Château d’eau : des ouvriers flamands sont arrivés. Ils ont mis tous les ossements dans des sacs numérotés : le tout a été envoyé vers les nécropoles de Vladslo et de Langemark, en Flandre. Les pierres ont été cassées ou données. On en a fait des bordures, etc. Tout cela a disparu..."

(A suivre...)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire