Pourquoi ce blog et comment le lire ?

Cette page, qui n'a pas la prétention d'être exhaustive, est un hommage rendu aux hommes du 36e régiment d'infanterie que mon arrière-grand-père, Fernand Le Bailly, a côtoyés, parfois photographiés pendant la Première Guerre mondiale. Elle souhaite conserver et transmettre leur souvenir. Elle est conçue à partir de témoignages, d'écrits et d'archives personnels qui m'ont été envoyés, en partie par des descendants de soldats du 36e. Elle est aussi un prétexte pour aller à la rencontre d'"invités" – historiens, passionnés de la Grande Guerre, élus, écrivains... – qui nous font redécouvrir aujourd'hui ce titanesque conflit. Elle est enfin un argument pour découvrir tous les prolongements de ce gigantesque conflit dans le monde d'aujourd'hui.
Comment consulter cette page ? Vous pouvez lire progressivement les messages, qui ne respectent pas un ordre chronologique (ils évoquent, par exemple, l'année 1915 ou 1914). Vous pouvez aussi avoir envie de vous attarder sur une année ou un secteur géographique : pour cela, cliquez dans la colonne à gauche dans la rubrique "Pages d'histoire du 36e" sur la période et le lieu qui vous intéressent. Tous les messages seront alors rassemblés pour vous selon l'ordre de publication.
Comment rentrer en contact ? Pour de plus amples renseignements sur ce site, ou me faire parvenir une copie de vos documents, vos souvenirs ou remarques, écrivez-moi. Mon adresse : jerome.verroust@gmail.com. Je vous souhaite une agréable lecture.

Avertissement : Si pour une raison quelconque, un ayant-droit d'une des personnes référencées sur ce site désire le retrait de la (les) photo(s) et des informations qui l'accompagnent, qu'il me contacte.

10 mars 2012

La presse en revue, semaine 30

Après quelques jours de vacances, suite de notre revue de presse sur l'actualité de la Grande Guerre pour les jours passés...

En France ● C'est paru dans toute la presse et il n'y a pas lieu de renvoyer sur un titre en particulier ou une analyse : la loi fixant au 11 novembre de chaque année la commémoration de tous les morts pour la France a été publiée au Journal officiel du mercredi 29 février 2012. Il y est précisé que lorsque la mention "mort pour la France" a été portée sur l’acte de décès, l’inscription du nom du défunt sur le monument aux morts de sa commune de naissance ou de dernière domiciliation, ou sur une stèle placée dans l’environnement immédiat de ce monument est obligatoire. La demande d’inscription peut être faite auprès du maire de la commune ou à défaut par les autorités militaires, les élus nationaux et locaux, l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre par l’intermédiaire de ses services départementaux et les associations d’anciens combattants et patriotiques ayant intérêt à agir. ● Selon L'Est Républicain,  lors de la profanation de quatre caveaux  dans l’Ossuaire de Douaumont, le 8 mars dernier, des "crânes" et des "ossements" de combattants de 14-18 ont été nuitamment volés. Les cryptes rassemblaient des reliques des secteurs de Froideterre, Fleury, Cote 304 et Samogneux. Une enquête est en cours.

Dans les régions ● Selon Le Courrier Picard, en Haute-Picardie, "certains hôtels déjà complets pour le centenaire de 14-18". Sans surprise, ces réservations seraient effectuées par des Anglais. ● Le week-end dernier, Gérard Longuet, ministre de la Défense et des Anciens Combattants, présidait la cérémonie inaugurale des travaux de rénovation du monument ossuaire de la Haute Chevauchée en Argonne, rapporte L'Union. L'occasion d'évoquer la création d'un futur musée à ciel ouvert pour les cérémonies de 2015. ● Le 2 mars dernier, le député du Nord Jean-Jacques Candelier, à l'origine d'une  proposition de loi relative à la réhabilitation collective des fusillés pour l'exemple de la guerre de 1914-1918 a organisé une conférence sur ce sujet à Lewarde (Nord), qui a réuni une cinquantaine de personnes (voir RP 23). ● Le 9 mars dernier, dans le cadre du 14e Printemps des poètes et de l'autisme, grande cause nationale 2012, s'est tenu au musée de la Grande guerre du Pays de Meaux un concert de l'Ensemble Calliopée, sur le thème "L'Enfance face à la violence". Ce spectacle réunissait de jeunes autistes âgés de 14 à 20 ans sensibilisés à l'histoire de la Première Guerre mondiale. ● Selon La Voix du Nord, en prévision des festivités liées au centenaire de la première bataille pour Cambrai de novembre 1917, le 118 REM, régiment britannique, viendra à Flesquières (Nord) au grand complet, à l'occasion de cérémonies commémoratives autour du "tank" Deborah. ● L'Union du Cantal revient sur le travail de mémoire d'un retraité de l'Education nationale sur le régiment de réservistes, le 339e RI. ● La vie de Clémenceau "à partir de 1917 et de la Grande Guerre" sera bientôt portée à l'écran, selon le site Toutelatele. Le téléfilm sera réalisée par Olivier Guignard ("Un Village français", "1788... et demi...") et "le Tigre" sera incarné par Didier Bezace. ● A lire une interview de Kamel Mouellef, qui revient sur la genèse de la BD Le Jasmin et la Boue (éd. Tartamudo, 14 €) dans El Watan (voir RP spécial 11 novembre). Avec son travail, le co-auteur espère "contribuer à la transmission de la mémoire pour que la jeune génération s’approprie son histoire".

Hors de France ● Le coup d'envoi des "journées d'action" dans le cadre de l'opération Europeana 1914-1918 a débuté. Ces derniers jours, des opérations de collectes se sont déroulées à la Bibliothèque nationale de Luxembourg et au musée du Lancashire, au Royaume-Uni. Prochaines étapes : la bibliothèque nationale d'Irland (21 mars), et en Slovénie, à la bibliothèque France Bevk (28 mars). Rappelons que cette campagne a pour but de "contribuer à l’émergence d’une mémoire européenne" de la Grande Guerre. Elle s'adresse aux citoyens de dix pays qui ont la possibilité de partager leurs archives familiales, sous la forme d’objets et de témoignages, sur un portail Internet dédié à la Première guerre mondiale qui se focalisera sur les "histoires vécues" (pour plus d'informations télécharger ce dépliant). ● Aux Etats-Unis, une dépêche de Reuters US évoque la rivalité qui oppose Kansas City et Washington DC pour abriter un mémorial "national" de la Première Guerre mondiale (voir RP 28). ● Le réseau de recherche sur le patrimoine mondial et le tourisme (université de Mont Saint Vincent, Halifax, Canada) lance une enquête internationale sur Internet sur les perceptions et les représentations de la Première Guerre mondiale, les valeurs attribuées au patrimoine et aux lieux de mémoire, et les liens entre patrimoine de la Grande Guerre et tourisme. ● Selon une dépêche Associated Press, le ministre polonais de la Défense aurait décoré un vétéran de 112 ans qui se serait battu dans les unités de cavalerie polonaises de la Première Guerre mondiale.

Dans l'agenda...  ●  La Société des Lettres de Bar-le-Duc organise le jeudi 15 mars une conférence sur "Pétain et Verdun : de la réalité au mythe", animée par Jean-Pierre Harbulot (Université Henri Poincaré à Nancy). ● Les 22 et 23 mars prochain, colloque "Sur les chemins de la Grande Guerre" au théâtre du Familistère de Guise. Selon son dossier de presse "ce colloque international réunit des chercheurs d’horizons divers autour de l’étude des déplacements, depuis la logistique militaire et l’expérience combattante de la marche jusqu’aux itinéraires, pendant et après-guerre, des civils et aux traces de ceux-ci dans les collections muséales." ● L'exposition "Missing of the Somme" (du 19 avril au 25 novembre, à l'Historial de Péronne) dévoile son programme dans un communiqué : "A travers le parcours de plus de 150 soldats britanniques, l'exposition «The Missing of the Somme» explore le destin de ces hommes qui ont profondément marqué la société britannique, dont le souvenir continue à être vivant, encore aujourd'hui. L'exposition présente l'incroyable travail de Pam et Ken Linge, qui ont réuni 8 000 portraits sur 73 000 noms inscrits sur le Mémorial de Thiepval. Aussi, les thèmes du deuil et du souvenir sont abordés avec les lieux de commémorations, la construction de cimetières, le travail de la Commonwealth War Graves Commission (CWGC) et le témoignage des familles de soldats disparus. Enfin, l'exposition traite du tourisme de mémoire comme prolongement du pèlerinage des familles après-guerre." (voir RP 20).
A voir, à lire et à écouter...  ● A lire Deux guerres totales 1914-1918 1939-1945 : La mobilisation de la nation, de Dominique Barjot, éd. Economica, 35 €. Selon sa présentation, ce livre "décrit la mobilisation des hommes dans la Grande Guerre, le fanatisme technologique de la guerre moderne et la mobilisation économique de l'arrière". ● A lire la BD Pour un peu de bonheur, de Laurent Galandon et A. Dan, Bamboo, 13,90 € qui évoque le retour des gueules cassées chez eux après la guerre (lire une interview de l'auteur sur le site ToutenBD).

Et vous, qu'avez-vous remarqué ces jours-ci ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire