Pourquoi ce blog et comment le lire ?

Cette page, qui n'a pas la prétention d'être exhaustive, est un hommage rendu aux hommes du 36e régiment d'infanterie que mon arrière-grand-père, Fernand Le Bailly, a côtoyés, parfois photographiés pendant la Première Guerre mondiale. Elle souhaite conserver et transmettre leur souvenir. Elle est conçue à partir de témoignages, d'écrits et d'archives personnels qui m'ont été envoyés, en partie par des descendants de soldats du 36e. Elle est aussi un prétexte pour aller à la rencontre d'"invités" – historiens, passionnés de la Grande Guerre, élus, écrivains... – qui nous font redécouvrir aujourd'hui ce titanesque conflit. Elle est enfin un argument pour découvrir tous les prolongements de ce gigantesque conflit dans le monde d'aujourd'hui.
Comment consulter cette page ? Vous pouvez lire progressivement les messages, qui ne respectent pas un ordre chronologique (ils évoquent, par exemple, l'année 1915 ou 1914). Vous pouvez aussi avoir envie de vous attarder sur une année ou un secteur géographique : pour cela, cliquez dans la colonne à gauche dans la rubrique "Pages d'histoire du 36e" sur la période et le lieu qui vous intéressent. Tous les messages seront alors rassemblés pour vous selon l'ordre de publication.
Comment rentrer en contact ? Pour de plus amples renseignements sur ce site, ou me faire parvenir une copie de vos documents, vos souvenirs ou remarques, écrivez-moi. Mon adresse : jerome.verroust@gmail.com. Je vous souhaite une agréable lecture.

Avertissement : Si pour une raison quelconque, un ayant-droit d'une des personnes référencées sur ce site désire le retrait de la (les) photo(s) et des informations qui l'accompagnent, qu'il me contacte.

22 nov. 2011

La presse en revue, semaine 15

Suite de notre revue de presse sur l'actualité de Grande Guerre pour les jours passés...

En France ...

Quinze jours après son inauguration, le musée de la Grande Guerre nourrit encore des réactions. Le Républicain Lorrain, sous le titre "La Meuse a laissé filer le musée de la Grande Guerre" (photo) rappelle ainsi que la collection de Jean-Pierre Verney, avant d'être achetée par la communauté d’agglomération du pays de Meaux, fut proposée sans résultat en 1988 au conseil général de la Meuse. "Le coup est rude pour la Meuse, qui a fait du tourisme mémoriel son fer de lance" poursuit le quotidien. Un constat relayé par Serge Barcellini, directeur de la mission histoire du Conseil général de la Meuse, qui posait la question, dès le 11 novembre, dans Le Monde : "(le site de) Verdun doit-il avoir peur du « Grand Méchant Meaux » ?". Pour l'homme, l'établissement de Meaux "s'imposera demain comme « le » grand musée mondial de la Grande Guerre (...) et marque un tournant dans la mémoire de la Grande Guerre en France (...) A Meaux l'universalité, aux autres champs de bataille la singularité", poursuit Barcellini qui plaide pour un regain de "créativité" et "des responsabilités nouvelles pour que vive la mémoire à Verdun, en Meuse et en France". Le Courrier Picard oppose de son côté Meaux et le musée de Péronne, et estime que si le premier est "grand public" et propose une collection d'objets "bien mise en perspective", le second est un "joli concept, fruit de la réflexion de scientifiques de haut vol" dans un "bâtiment vieilli". Quant à L'Union, il angle sa comparaison avec le centre d'interprétation Marne 14-18, qui, selon le quotidien, "ne voit pas d'un mauvais œil l'inauguration du musée de Meaux". Pour le journal, l'établissement de Suippe "se base sur une démarche parallèle à celle des musées. Il s'agit d'évoquer le conflit de 14-18 par le biais des courriers des Poilus, d'images, bref de témoignages… Et non d'une collection d'objets".

Du côté des régions... ● Suite des réactions autour de la cérémonie du 11 novembre. Le bloggeur Jean-Dominique Merchet revient sur un extrait du discours prononcé le 11 novembre par le président de la République sous l'Arc de triomphe. Pour Nicolas Sarkozy, selon Merchet, les mutins de 1917 seraient désormais des "héros" honorés par le président de la République. Enfin, pour L'Humanité, Nicolas Sarkozy, en voulant faire du 11 novembre la commémoration de "la Grande Guerre et tous les morts pour la France", "gomme d’autorité le sens de l’histoire" et "impose une lecture banalisée des guerres". ● Un communiqué de la BNF, le 21 novembre dernier, annonce que "plus de 400.000 documents sur la Première Guerre mondiale provenant de huit pays" seront bientôt disponibles en ligne et librement accessibles. Cette documentation mettra en lumière "la portée de la Première Guerre mondiale dans l'élaboration d'une identité européenne commune", souligne le communiqué. ● Un morceau du drapeau des parlementaires allemands envoyés par Berlin, pour demander l'armistice en novembre 1918, est conservé à la mairie de Bouvron (Ille-et-Vilaine), raconte Ouest France. ● Un couple de Saint-Jacut-de-la-Mer (Côtes d'Armor) a retrouvé dans les archives familiales une fleur, cueillie dans les tranchées par un soldat du 6e RI et destinée à l'élue de son coeur. La fleur devrait être exposée à Verdun, selon Le Télégramme. ● Le tank Déborah était au centre des cérémonies dédiées au 94e anniversaire de la bataille de Cambrai, selon La Voix du Nord. ● Neuf cents visiteurs ont découvert le beffroi de Calais récemment restauré et dont l'histoire fut perturbée par la Première Guerre mondiale, raconte La Voix du Nord. ● La tombe restaurée de deux soldats français, un Breton et un Normand, morts à Challans (Vendée) en 1914 a été au coeur d'une cérémonie spéciale dimanche dernier, explique Ouest France. ● Une cérémonie du souvenir a été organisée le 11 novembre en forêt domaniale de Meudon pour commémorer les préposés des Eaux et Forêts tombés pendant la Première Guerre mondiale, selon le site de l'ONF. ● Le tunnel Kilianstollen de Carspach a livré aux archéologues quantité d’informations sur la vie des troupes au front durant la Première Guerre mondiale, selon le site L'Alsace. ● La mémoire de Charles de Menditte, l'officier qui commandait le 415e régiment d'infanterie juste avant la fin de la guerre, a été particulièrement saluée dans le village de Vrigne-Meuse le 11 novembre dernier, rapporte L'Union.

Hors de France... ● Les milliers de tonnes d’armes chimiques laissées par les deux conflits menacent les mers du nord de l'Europe, selon Presseurop. ● Le musée impérial de la guerre de Londres a reçu le soutien financier de l'Heritage Lottery Fund, un fond financier de la loterie nationale, selon Cultur24 (en anglais). D'après le site Attractions management, cet apport permettra au musée d'ouvrir de nouvelles galeries pour l'ouverture du centenaire en 2014. ● Dans une tribune du Sydney Morning Herald, l'historien Jonathan King plaide pour que le gouvernement australien réinvestisse pour le centenaire, au plan mémoriel, les champs de bataille en Europe. "Il faut regarder au-delà de Gallipoli", dit-il.

A voir, à lire et à écouter... ● ""La mythologie de 14-18" évoquée dans l'émission radiophonique de Franck Ferrand sur Europe 1. Avec Jean Sévilla, journaliste. ● Petit Futé Guide des lieux de Mémoire 2012. Collection Thématiques - Edition n°2, 12,95 € ● Souvenirs d'un poilu du 15-2 - Hartmannswillerkopf 1915-1916, par Auguste Chapatte, éd. : Giovanangeli, 18 € ● Du deuil à la mémoire - Les monuments aux morts de la Corse (Guerre 1914-1918), avec 1 Cédérom, par Georges Ravis-Giordani, Jean-Paul Pellegrinetti éd. Albiana, 18 € ● Les erreurs stratégiques pendant le Première Guerre mondiale (3e édition), par Bernard Schnetzler, éd. Economica, 19 €


Et vous, qu'avez-vous remarqué ces jours-ci ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire